La Bourse de Bruxelles sortait toutefois du lot à la mi-séance en progressant très nettement dans le sillage des valeurs financières en grande forme ce matin.

Du côté des actions, les semi-conducteurs étaient en très forte hausse dans la matinée après les résultats meilleurs que prévu de Toshiba, premier producteur de semi-conducteur au Japon, et l'augmentation du prix des " dram ". (pancarte Infineon)

Par contre, le secteur de la distribution faisait triste mine, les résultat de Accor et de Carrefour n'ayant pas convaincu le marché. Pour la première fois en six ans, Carrefour a du annoncer un recul de ses ventes, tandis que Accor a vu son chiffre d'affaires se contracter de 9,2% au premier trimestre.

A Bruxelles, les valeurs bancaires ont décidemment le vent en poupe depuis le début de la semaine. Dexia et KBC menaient à nouveau la danse en prenant plus de 10% chacune sur la matinée. Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, premier actionnaire de la banque franco-belge, s'est dit jeudi "très confiant dans ses perspectives".
Omega Pharma faisait également partie des actions en très forte progression à la mi-séance. Le groupe a présenté hier soir un chiffre d'affaires en recul d'à peine 1%, ce qui dans le contexte actuel est une belle performance.

Au rang des actions en recul, GDF-Suez et Befimmo étaient les seules valeurs marquées de rouge ce matin dans le BEL20.

Aux Etats-Unis, Wall Street a terminé en hausse jeudi, avec une progression de1,19% pour le Dow Jones, et de 2,68% pour le Nasdaq, grâce à la bonne tenue du secteur bancaire après les résultats nettement supérieurs aux prévisions les plus optimistes de JPMorgan.

Aux actions, les investisseurs ont bien entendu applaudi la performance de JPMorgan, qui a du coup engrangé 2,09%. Les résultats de JP Morgan s'ajoutent au bénéfice " record " publié par Wells Fargo la semaine dernière et à celui de 1,81 milliard de Goldman Sachs en début de semaine.

Et on termine ce point bourse par le marché des changes. L'euro menaçait de repasser sous 1,30 dollar à la mi-séance des échanges européens, faisant les frais de spéculations sur les interventions possibles des responsables monétaires en zone euro. Vers 11h30, l'euro s'échangeait à 1,3074 dollar.

La Bourse de Bruxelles sortait toutefois du lot à la mi-séance en progressant très nettement dans le sillage des valeurs financières en grande forme ce matin.Du côté des actions, les semi-conducteurs étaient en très forte hausse dans la matinée après les résultats meilleurs que prévu de Toshiba, premier producteur de semi-conducteur au Japon, et l'augmentation du prix des " dram ". (pancarte Infineon)Par contre, le secteur de la distribution faisait triste mine, les résultat de Accor et de Carrefour n'ayant pas convaincu le marché. Pour la première fois en six ans, Carrefour a du annoncer un recul de ses ventes, tandis que Accor a vu son chiffre d'affaires se contracter de 9,2% au premier trimestre. A Bruxelles, les valeurs bancaires ont décidemment le vent en poupe depuis le début de la semaine. Dexia et KBC menaient à nouveau la danse en prenant plus de 10% chacune sur la matinée. Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, premier actionnaire de la banque franco-belge, s'est dit jeudi "très confiant dans ses perspectives". Omega Pharma faisait également partie des actions en très forte progression à la mi-séance. Le groupe a présenté hier soir un chiffre d'affaires en recul d'à peine 1%, ce qui dans le contexte actuel est une belle performance.Au rang des actions en recul, GDF-Suez et Befimmo étaient les seules valeurs marquées de rouge ce matin dans le BEL20.Aux Etats-Unis, Wall Street a terminé en hausse jeudi, avec une progression de1,19% pour le Dow Jones, et de 2,68% pour le Nasdaq, grâce à la bonne tenue du secteur bancaire après les résultats nettement supérieurs aux prévisions les plus optimistes de JPMorgan.Aux actions, les investisseurs ont bien entendu applaudi la performance de JPMorgan, qui a du coup engrangé 2,09%. Les résultats de JP Morgan s'ajoutent au bénéfice " record " publié par Wells Fargo la semaine dernière et à celui de 1,81 milliard de Goldman Sachs en début de semaine.Et on termine ce point bourse par le marché des changes. L'euro menaçait de repasser sous 1,30 dollar à la mi-séance des échanges européens, faisant les frais de spéculations sur les interventions possibles des responsables monétaires en zone euro. Vers 11h30, l'euro s'échangeait à 1,3074 dollar.