Le retour aux bénéfices annoncés par Citigroup a dopé l'ensemble des marchés boursiers, et plus particulièrement les valeurs financières. Dans un courriel interne destiné aux salariés de la banque, le CEO de Citigroup a en effet indiqué que la banque était à nouveau bénéficiaire depuis deux mois. La perspective d'un retour d'une règle freinant les ventes à découvert a également soutenu les cotes.

On notera toutefois la descente vertigineuse du titre JCDecaux après l'annonce par le groupe d'une prévision de croissance organique négative en 2009 et la suppression de son dividende 2008. Le groupe a également indiqué prévoir des mesures d'économies pour faire face au ralentissement de l'activité et qu'il baisserait les investissements à 250 millions d'euros contre 304 millions d'euros en 2008.

UBS a pour sa part relevé le niveau de sa perte nette subie en 2008, à 20,9 milliards de francs suisses (14,18 milliards d'euros) au lieu de 19,7 milliards dévoilés précédemment, compte tenu de son amende aux Etats-Unis dans le dossier d'évasion fiscale.

A Bruxelles l'indice Bel 20 a également le sourire.

Fortis, Dexia et KBC caracolent en tête des valeurs en hausse, grâce à une chasse aux bonnes affaires dans le secteur financier.

ABInbev est également bien orienté alors qu'à commencé le second tour de table pour la vente de sa filiale OB. Filiale que le groupe cherche à vendre afin de réduire son endettement.

On notera toutefois les piètres résultats d'Agfa-Gevaert lourdement pénalisé par la crise. Mais, le marché euphorique n'a pas pénalisé le groupe.

Le retour aux bénéfices annoncés par Citigroup a dopé l'ensemble des marchés boursiers, et plus particulièrement les valeurs financières. Dans un courriel interne destiné aux salariés de la banque, le CEO de Citigroup a en effet indiqué que la banque était à nouveau bénéficiaire depuis deux mois. La perspective d'un retour d'une règle freinant les ventes à découvert a également soutenu les cotes.On notera toutefois la descente vertigineuse du titre JCDecaux après l'annonce par le groupe d'une prévision de croissance organique négative en 2009 et la suppression de son dividende 2008. Le groupe a également indiqué prévoir des mesures d'économies pour faire face au ralentissement de l'activité et qu'il baisserait les investissements à 250 millions d'euros contre 304 millions d'euros en 2008.UBS a pour sa part relevé le niveau de sa perte nette subie en 2008, à 20,9 milliards de francs suisses (14,18 milliards d'euros) au lieu de 19,7 milliards dévoilés précédemment, compte tenu de son amende aux Etats-Unis dans le dossier d'évasion fiscale.A Bruxelles l'indice Bel 20 a également le sourire.Fortis, Dexia et KBC caracolent en tête des valeurs en hausse, grâce à une chasse aux bonnes affaires dans le secteur financier.ABInbev est également bien orienté alors qu'à commencé le second tour de table pour la vente de sa filiale OB. Filiale que le groupe cherche à vendre afin de réduire son endettement.On notera toutefois les piètres résultats d'Agfa-Gevaert lourdement pénalisé par la crise. Mais, le marché euphorique n'a pas pénalisé le groupe.