Le tribunal de commerce de Charleroi a en effet décidé, ce vendredi après-midi, de priver provisoirement Andreas Eckert de ses fonctions jusqu'au dénouement du litige portant sur l'OPA obligatoire sur IBt décrétée par le gendarme de la Bourse, la CBFA. John Carden, ex-président du conseil d'administration et fondateur de la société, reprend provisoirement la casquette de président. Cette décision de justice a été prise à la suite d'une requête unilatérale de deux administrateurs indépendants d'IBt, Claude Onkelinx et Jean-Pierre Delwart. Pour rappel, il y a quelques semaines, la Commission bancaire financière et des assurances (CBFA) avait ordonné aux groupes Eckert & Ziegler (EZAG) et SMI de lancer une offre publique d'acquisition sur IBt au prix de 3,47 euros par action. La CBFA avait estimé que ces deux groupes agissaient de concert, même s'ils n'ont jamais fait de déclaration en ce sens. Selon le régulateur des marchés, EZAG et SMI se sont échangés des options sur 22,14% des droits de vote, ce qui prouve leur collusion. De plus, l'exercice de ces options par SMI a entraîné les deux actionnaires bien au-delà de 30% des droits de vote. Les deux groupes épinglés par la CBFA ont décidé d'aller en appel de cette injonction. Quant à Andreas Eckert, président du conseil d'administration d'IBt, il représente les intérêts d'EZAG, ce qui justifie l'action en justice menée par deux administrateurs indépendants de cette société focalisée sur le développement d'implants destinés à traiter le cancer de la prostate.