Sous l'impulsion de baisses de cours enregistrées sur les actifs sous-jacents, l'actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 235,7 milliards d'euros fin septembre 2022, contre 275,4 milliards d'euros fin 2021.

Le secteur est touché par l'impact de l'inflation, de la guerre en Ukraine ou encore de la crise mondiale de la chaîne d'approvisionnement. Le relèvement progressif des taux d'intérêt par les banques centrales a également un impact négatif sur les valorisations des obligations et des actions, même les obligations ont semblé engranger à nouveau des plus-values au troisième trimestre.

Selon les prévisions de l'association sectorielle BEAMA, le quatrième trimestre devrait enregistrer un léger redressement de l'actif net du secteur belge des fonds à la suite d'un rallye boursier de fin d'année. Les dernières semaines de décembre pourraient cependant refroidir cette reprise après l'annonce par la FED et la BCE de la poursuite du relèvement des taux d'intérêt.

Sous l'impulsion de baisses de cours enregistrées sur les actifs sous-jacents, l'actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 235,7 milliards d'euros fin septembre 2022, contre 275,4 milliards d'euros fin 2021.Le secteur est touché par l'impact de l'inflation, de la guerre en Ukraine ou encore de la crise mondiale de la chaîne d'approvisionnement. Le relèvement progressif des taux d'intérêt par les banques centrales a également un impact négatif sur les valorisations des obligations et des actions, même les obligations ont semblé engranger à nouveau des plus-values au troisième trimestre. Selon les prévisions de l'association sectorielle BEAMA, le quatrième trimestre devrait enregistrer un léger redressement de l'actif net du secteur belge des fonds à la suite d'un rallye boursier de fin d'année. Les dernières semaines de décembre pourraient cependant refroidir cette reprise après l'annonce par la FED et la BCE de la poursuite du relèvement des taux d'intérêt.