Après des semaines de tergiversations, l'Espagne, pressée de toutes parts, a fini par se résoudre à demander une aide financière à l'Europe samedi pour éviter des faillites de certaines de ses banques, plombées par des actifs immobiliers risqués.

L'enveloppe qui pourrait atteindre jusqu'à 100 milliards d'euros fait du pays, quatrième économie de la zone euro, le quatrième après l'Irlande, le Portugal et la Grèce à bénéficier d'un renflouement de l'Union monétaire. Il reste toutefois à définir les contours exacts de cette aide.

Europe

Aux actions, logiquement, les valeurs bancaires espagnoles s'envolaient: Santander, la première banque de la zone euro par capitalisation, grimpait de 7%, BBVA de près de 8%, CaixaBank de plus de 10% et Bankia de plus de 18%. Toutes les banques européennes suivaient leurs homologues espagnoles dans leur rebond.

Sur le front des matières premières, les valeurs minières étaient en progression, surtout celles exposées au prix du cuivre comme BHP Billiton. La Chine a publié des chiffres d'importation de cuivre en hausse de 12% ce weekend, suite à une demande plus soutenue qu'attendu.

Bruxelles

A Bruxelles, KBC suivait la tendance européenne et dominait les valeurs évoluant en territoire positif dans le BEL20. Ageas suivait KBC de près.

La seule valeur drapée de rouge en fin de matinée dans le BEL 20 est Befimmo, pénalisé par son profil défensif.