Après une version initiale publiée en février 2019 et des premiers labels accordés en novembre de la même année, la norme - qui doit être évaluée tous les deux ans - est donc révisée. L'objectif est d'"accroître l'impact du label et amener davantage d'institutions financières et d'investisseurs sur la voie d'une économie durable", souligne Febelfin.

Cette première révision ajuste d'abord le label belge sur la réglementation européenne, notamment la Taxonomie verte (qui fixe quels critères sont à considérer pour déterminer qu'une activité est respectueuse du climat) et le règlement Disclosure (SFDR). Ce dernier impose aux acteurs des marchés financiers des obligations d'identification de risques de durabilité et de publication d'information en matière de durabilité.

Ensuite, cette modification veut assurer une meilleure intégration de la durabilité dans le processus d'investissement, renforcer les critères relatifs au secteur des combustibles fossiles et aux obligations souveraines et, enfin, améliorer la transparence pour les investisseurs finaux.

En deux ans, "le label belge est devenu une norme de marché avec plus de 580 produits d'investissement ayant obtenu" la certification, se réjouit Febelfin. Plus de 390 milliards d'euros sont ainsi gérés selon les critères de la norme de qualité incarnée par le label. Environ 25% de ce montant est distribué en Belgique, précise la fédération.

Plus de 85¿ institutions financières d'une dizaine de pays sont actuellement impliquées dans l'initiative.

Le label "Towards Sustainability" est un outil destiné à aider les investisseurs à trouver un produit conforme à leurs préférences et convictions personnelles en matière de durabilité, et offre une assurance indépendante que la durabilité est bien intégrée dans le processus d'investissement.

Après une version initiale publiée en février 2019 et des premiers labels accordés en novembre de la même année, la norme - qui doit être évaluée tous les deux ans - est donc révisée. L'objectif est d'"accroître l'impact du label et amener davantage d'institutions financières et d'investisseurs sur la voie d'une économie durable", souligne Febelfin. Cette première révision ajuste d'abord le label belge sur la réglementation européenne, notamment la Taxonomie verte (qui fixe quels critères sont à considérer pour déterminer qu'une activité est respectueuse du climat) et le règlement Disclosure (SFDR). Ce dernier impose aux acteurs des marchés financiers des obligations d'identification de risques de durabilité et de publication d'information en matière de durabilité. Ensuite, cette modification veut assurer une meilleure intégration de la durabilité dans le processus d'investissement, renforcer les critères relatifs au secteur des combustibles fossiles et aux obligations souveraines et, enfin, améliorer la transparence pour les investisseurs finaux. En deux ans, "le label belge est devenu une norme de marché avec plus de 580 produits d'investissement ayant obtenu" la certification, se réjouit Febelfin. Plus de 390 milliards d'euros sont ainsi gérés selon les critères de la norme de qualité incarnée par le label. Environ 25% de ce montant est distribué en Belgique, précise la fédération. Plus de 85¿ institutions financières d'une dizaine de pays sont actuellement impliquées dans l'initiative. Le label "Towards Sustainability" est un outil destiné à aider les investisseurs à trouver un produit conforme à leurs préférences et convictions personnelles en matière de durabilité, et offre une assurance indépendante que la durabilité est bien intégrée dans le processus d'investissement.