La chute des marchés boursiers s'accompagne d'un recul continu de l'euro par rapport au billet vert, la monnaie unique retombant à 1,2865 dollar, au plus bas depuis deux semaines, et d'une remontée des coûts de financement de la dette espagnole, le rendement des obligations à dix ans étant repassé au-dessus de 6%.

Sûr de lui et peu enclin à faire appel à l'aide européenne, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a pris le risque d'envoyer un signal négatif aux marchés en déclarant au Wall Street Journal qu'il ne se résoudrait à demander un plan de sauvetage que si les coûts d'emprunt de Madrid devaient rester durablement élevés.

L'Espagne, dont le produit intérieur brut (PIB) a poursuivi sa forte contraction au troisième trimestre, pourrait au final ne pas avoir le choix. D'autant que trois pays - Allemagne, Pays-Bas et Finlande - ont publié mardi un communiqué commun qui semble remettre en question le principe convenu au sommet européen de Bruxelles d'une recapitalisation directe des banques en difficulté, donc le plan d'aide de 100 milliards d'euros accordé aux banques espagnoles.

EUROPE : Anglo American - Rio Tinto

Aux actions, le secteur minier avait le moral dans les chaussettes ce mercredi. Anglo American a annoncé la prochaine réduction de sa production de charbon pour être en phase avec la demande. Rio Tinto et les spécialistes des métaux précieux en général, souffraient du recul des prix des métaux précieux.

EUROPE : BNP Paribas-Deutsche Bank

Comme à son habitude dès que la crise européenne semble inextricable, le secteur financier mord la poussière. La remise en question du principe de la recapitalisation directe des banques en difficultés ne fait évidemment pas leurs affaires.

EUROPE : EADS-BAE Systems

Le feuilleton autour de EADS et BAE Systems continue de peser sur les deux actions. La confusion est totale. Le président exécutif d'EADS, Tom Enders, a déclaré mercredi à Berlin que la future entité ne devrait " pas forcément " faire l'objet d'un engagement important des États et qualifié de " juste " le ratio de valorisation de 60-40. De son côté, le vice-ministre allemand de l'Economie a jugé que les actionnaires de la maison mère d'Airbus étaient " désavantagés ".

BRUXELLES ABInbev

Les actions évoluant en territoire positifs n'étaient pas légion ce mercredi. Quelques titres défensifs arrivent à sortir du lot à l'image d'ABInbev.

BRUXELLES KBC-Nyrstar

Les valeurs financières étaient à Bruxelles, comme partout en Europe, à la traine alors que l'Espagne se fait désirer dans son appel à l'aide.

Nyrstar pâtissait comme ses consoeurs de la hausse du prix des métaux précieux.

ETATS-UNIS

La Bourse de New York a ouvert la séance sans direction mercredi, les investisseurs restant prudents face à la situation dans la zone euro, notamment en Espagne et en Grèce.

La chute des marchés boursiers s'accompagne d'un recul continu de l'euro par rapport au billet vert, la monnaie unique retombant à 1,2865 dollar, au plus bas depuis deux semaines, et d'une remontée des coûts de financement de la dette espagnole, le rendement des obligations à dix ans étant repassé au-dessus de 6%. Sûr de lui et peu enclin à faire appel à l'aide européenne, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a pris le risque d'envoyer un signal négatif aux marchés en déclarant au Wall Street Journal qu'il ne se résoudrait à demander un plan de sauvetage que si les coûts d'emprunt de Madrid devaient rester durablement élevés.L'Espagne, dont le produit intérieur brut (PIB) a poursuivi sa forte contraction au troisième trimestre, pourrait au final ne pas avoir le choix. D'autant que trois pays - Allemagne, Pays-Bas et Finlande - ont publié mardi un communiqué commun qui semble remettre en question le principe convenu au sommet européen de Bruxelles d'une recapitalisation directe des banques en difficulté, donc le plan d'aide de 100 milliards d'euros accordé aux banques espagnoles. EUROPE : Anglo American - Rio TintoAux actions, le secteur minier avait le moral dans les chaussettes ce mercredi. Anglo American a annoncé la prochaine réduction de sa production de charbon pour être en phase avec la demande. Rio Tinto et les spécialistes des métaux précieux en général, souffraient du recul des prix des métaux précieux.EUROPE : BNP Paribas-Deutsche BankComme à son habitude dès que la crise européenne semble inextricable, le secteur financier mord la poussière. La remise en question du principe de la recapitalisation directe des banques en difficultés ne fait évidemment pas leurs affaires.EUROPE : EADS-BAE SystemsLe feuilleton autour de EADS et BAE Systems continue de peser sur les deux actions. La confusion est totale. Le président exécutif d'EADS, Tom Enders, a déclaré mercredi à Berlin que la future entité ne devrait " pas forcément " faire l'objet d'un engagement important des États et qualifié de " juste " le ratio de valorisation de 60-40. De son côté, le vice-ministre allemand de l'Economie a jugé que les actionnaires de la maison mère d'Airbus étaient " désavantagés ".BRUXELLES ABInbevLes actions évoluant en territoire positifs n'étaient pas légion ce mercredi. Quelques titres défensifs arrivent à sortir du lot à l'image d'ABInbev. BRUXELLES KBC-NyrstarLes valeurs financières étaient à Bruxelles, comme partout en Europe, à la traine alors que l'Espagne se fait désirer dans son appel à l'aide.Nyrstar pâtissait comme ses consoeurs de la hausse du prix des métaux précieux.ETATS-UNISLa Bourse de New York a ouvert la séance sans direction mercredi, les investisseurs restant prudents face à la situation dans la zone euro, notamment en Espagne et en Grèce.