Les faibles taux d'intérêt et l'inflation élevée vous lassent, et vous souhaitez donc investir une partie de votre épargne ? Mais tout investir dans des actions vous semble trop risqué ? Par conséquent, vous souhaitez également conserver une partie en espèces et investir une partie dans des placements défensifs, notamment des obligations. Vous pouvez le faire vous-même, en sélectionner les actions et les obligations qui vous plaisent ; Mais vous pouvez aussi choisir de confier cette stratégie à un gestionnaire professionnel, à savoir le gestionnaire d'un fonds mixte, également appelé société d'investissement à capital variable ou Sicav.

Cette seconde option offre de nombreux avantages. Au lieu d'acheter vous-même plusieurs actions et obligations et de réaliser ainsi plusieurs investissements, vous achetez un lot d'actions, d'obligations et de liquidités en une seule fois. En pratique, vous achetez un certificat d'actions d'une société d'investissement mixte auprès de votre institution financière ou de votre gestionnaire de patrimoine. Ce certificat représente le lot d'actions, d'obligations et de liquidités.

Le gestionnaire du fonds suit les marchés au quotidien et sera donc en mesure de réagir plus rapidement aux signaux indiquant l'évolution positive ou négative des actions et obligations ; S'il s'attend à une forte correction du marché boursier, il réduira le poids des actions dans le fonds et augmentera celui des obligations. Il peut également décider de vendre certaines des actions du portefeuille et de conserver un peu plus de liquidités.

À l'inverse, il augmentera le poids des actions s'il pense que la correction touche à sa fin et que les marchés boursiers vont repartir à la hausse. Ainsi, les fonds mixtes contribuent à vos rendements lorsque les marchés boursiers se portent bien et, dans le même temps, font en sorte que vos rendements ne soient pas trop affectés lorsque les marchés boursiers sont en baisse.

Plus de poids

Un autre avantage est qu'un gestionnaire a accès à des investissements qu'un investisseur privé ne peut pas acheter, ou difficilement. De plus en plus d'obligations, par exemple, sont proposées à 100 000 euros. Si vous souhaitez introduire une certaine diversification dans votre portefeuille obligataire, cela vous coûtera immédiatement une somme très élevée. Les fonds mixtes disposent d'un énorme réservoir de ressources -- toutes les souscriptions de leurs investisseurs -- et peuvent acheter sans effort ces obligations.

Dans la partie actions, le gestionnaire peut puiser dans une vaste gamme d'investissements et investir dans des sociétés dont vous ne connaissez peut-être même pas l'existence. Si vous connaissez l'entreprise, il se peut que vous n'ayez pas assez d'informations pour examiner les possibilités d'investissement en profondeur.

Autre avantage des fonds mixtes : vous pouvez trouver un fonds adapté à chaque profil. Si vous avez plutôt peur du risque, vous pouvez choisir un fonds qui investit davantage en obligations et moins en actions. Si les pertes boursières provisoires ne vous font ni chaud ni froid et que vous n'avez pas peur d'investir dans des actions, un fonds au profil plus offensif peut vous convenir davantage.

Sur le marché belge, vous pouvez choisir entre quatre grandes catégories de fonds mixtes, en fonction de votre profil de risque. Les fonds ayant un profil défensif limitent le pourcentage d'actions à 35 %. Les fonds au profil neutre ont un pourcentage d'actions qui varie entre 35 et 60 pour cent. Les fonds mixtes dynamiques ont des seuils de 65 % et 85 %. La quatrième catégorie est celle des fonds dits flexibles. Dans cette catégorie, le gestionnaire dispose d'une grande liberté et peut généralement investir entre 0 et 100 % en actions.

Coûts et taxes

S'il y a des avantages, il y a aussi des inconvénients. En plus des frais d'entrée et de sortie -- à payer lorsque vous achetez et vendez le fonds -- vous payez également des frais de gestion annuels. Ces frais couvrent la gestion professionnelle du fonds et l'administration. Vous ne voyez pas ces coûts être déduits de votre compte et ne vous rendez pas compte que vous les avez payés. Ce montant est progressivement prélevé sur la valeur de l'action que vous détenez et pèse donc sur le rendement du fonds. Pour un fonds dont les frais de gestion annuels sont de 1 %, les investissements sous-jacents doivent enregistrer une performance d'au moins 1 % avant que vous ne commenciez à percevoir un rendement positif sur votre investissement. Vérifiez donc à l'avance si vous devez payer des frais d'entrée ou de sortie et quel est le montant des frais de gestion annuels.

Vous devez également vous renseigner sur les conséquences des taxes sur les rendements. Trois taxes sont à prendre en compte : la taxe boursière, le précompte mobilier et un impôt sur les gains en capital sur le revenu des investissements à revenu fixe dans le fonds.

L'ampleur des taxes boursières et du précompte mobilier dépend du type de fonds que vous achetez. Vous pouvez opter pour un fonds qui verse une somme annuelle (type distribution) ou pour un fonds qui ajoute ses revenus à la valeur des parts et les capitalise donc (type capitalisation). Vous payez 30 % de précompte mobilier sur le coupon annuel que vous recevez d'un fonds de type distribution. Vous ne payez pas de précompte mobilier sur un fonds de type capitalisation, lorsqu'il n'y a pas de distribution. Vous payez une taxe boursière relativement élevée de 1,32 % lorsque vous vendez votre fonds mixte. Cette taxe est calculée sur la valeur totale de la vente. Vous pouvez vendre un fonds de distribution sans taxe boursière.

Les fonds mixtes sont également soumis à un impôt sur les plus-values à la vente, s'ils investissent au moins 10 % dans des titres à revenu fixe, ce qui est le cas de la plupart des fonds mixtes. Vous payez un impôt de 30 % sur les plus-values et les revenus générés par les obligations et autres titres à revenu fixe du fonds depuis l'achat. En principe, cette taxe ne concerne que les options "capitalisation". Toutefois, les fonds de distribution -- qui versent des dividendes -- peuvent également y être soumis. C'est le cas si leur prospectus n'indique pas clairement que le fonds distribue tous les revenus de la partie à revenu fixe sous la forme d'un dividende. La plupart des sociétés de fonds belges ont procédé à cet ajustement dans leur prospectus, mais c'est rarement le cas des sociétés étrangères.

Si vous choisissez un fonds mixte auprès d'un établissement financier ou d'un gestionnaire d'actifs étranger, il est donc conseillé de demander à l'avance si vous devrez payer un impôt sur les plus-values.

Plus d'actions

Comment les fonds mixtes se positionnent-ils sur le marché aujourd'hui ? Investissent-ils en moyenne plus en actions qu'ils ne le font habituellement, ou moins ? Ce positionnement est une indication immédiate pour savoir si les gestionnaires sont toujours positifs sur les actions ou s'ils s'attendent à une régression après la forte performance du marché boursier de ces dernières années.

"Avec nos fonds mixtes destinés aux clients au profil neutre, où nous investissons en moyenne 55 % en actions et 45 % en obligations et autres titres à revenu fixe, nous investissons aujourd'hui 59 % en actions", explique Dirk Thiels, stratège en investissement pour KBC.

"Nous ne constatons rien d'alarmant concernant la situation économique. Dans le même temps, les analystes estiment que la croissance des bénéfices des entreprises cette année est assez prudente. Ils supposent que la croissance moyenne des bénéfices des entreprises cette année se situera entre 7 et 8 % au niveau mondial. Comme l'économie continue de bien se porter, nous n'excluons pas une révision à la hausse de cette estimation prudente dans le courant de l'année. Nous tenons compte d'un rendement moyen de 5 à 10 % pour les actions mondiales et nous nous positionnons donc pour des actions supérieures au poids de référence de 55 %."

"Les obligations et autres titres à revenu fixe n'ont qu'un poids de 35 % dans nos portefeuilles mixtes aujourd'hui", déclare Dirk Thiels. "Bien que les taux d'intérêt augmentent progressivement, ils restent bas par rapport aux normes historiques, ce qui rend difficile d'obtenir des rendements supplémentaires pour les obligations. Pourtant, les obligations jouent un rôle important dans les portefeuilles mixtes, car elles constituent une sorte de filet de sécurité en cas de correction boursière." En plus des actions et des obligations, KBC injecte également une proportion de liquidités dans ses fonds mixtes.

La Banque Degroof Petercam, la plus grande banque d'affaires du pays, applique presque la même pondération que KBC dans ses fonds mixtes à profil neutre pour les obligations, à savoir 34 pour cent. "La priorité de la composante obligataire est la décorrélation et l'équilibre du risque global du portefeuille", souligne Jean-Marc Turin, responsable de la gestion des fonds. Lui aussi compte sur le facteur d'amortissement des obligations dans ses portefeuilles mixtes.

Avec une pondération de 56 % en actions, la Banque Petercam Degroof indique également que de bons rendements sont encore possibles cette année grâce aux actions. En plus d'une partie des liquidités, la banque d'investissement investit également 2 % dans l'or.

BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, continue également à miser fortement sur les actions. Son célèbre fonds mixte BlackRock Global Allocation est aujourd'hui investi à 68 % en actions, contre un poids de référence de 60 %. BlackRock prévoit que la croissance économique des États-Unis et de l'Europe restera supérieure à leur moyenne historique cette année. Par conséquent, BlackRock s'attend également à ce que les bénéfices des entreprises restent élevés.

Les faibles taux d'intérêt et l'inflation élevée vous lassent, et vous souhaitez donc investir une partie de votre épargne ? Mais tout investir dans des actions vous semble trop risqué ? Par conséquent, vous souhaitez également conserver une partie en espèces et investir une partie dans des placements défensifs, notamment des obligations. Vous pouvez le faire vous-même, en sélectionner les actions et les obligations qui vous plaisent ; Mais vous pouvez aussi choisir de confier cette stratégie à un gestionnaire professionnel, à savoir le gestionnaire d'un fonds mixte, également appelé société d'investissement à capital variable ou Sicav.Cette seconde option offre de nombreux avantages. Au lieu d'acheter vous-même plusieurs actions et obligations et de réaliser ainsi plusieurs investissements, vous achetez un lot d'actions, d'obligations et de liquidités en une seule fois. En pratique, vous achetez un certificat d'actions d'une société d'investissement mixte auprès de votre institution financière ou de votre gestionnaire de patrimoine. Ce certificat représente le lot d'actions, d'obligations et de liquidités.Le gestionnaire du fonds suit les marchés au quotidien et sera donc en mesure de réagir plus rapidement aux signaux indiquant l'évolution positive ou négative des actions et obligations ; S'il s'attend à une forte correction du marché boursier, il réduira le poids des actions dans le fonds et augmentera celui des obligations. Il peut également décider de vendre certaines des actions du portefeuille et de conserver un peu plus de liquidités.À l'inverse, il augmentera le poids des actions s'il pense que la correction touche à sa fin et que les marchés boursiers vont repartir à la hausse. Ainsi, les fonds mixtes contribuent à vos rendements lorsque les marchés boursiers se portent bien et, dans le même temps, font en sorte que vos rendements ne soient pas trop affectés lorsque les marchés boursiers sont en baisse.Plus de poidsUn autre avantage est qu'un gestionnaire a accès à des investissements qu'un investisseur privé ne peut pas acheter, ou difficilement. De plus en plus d'obligations, par exemple, sont proposées à 100 000 euros. Si vous souhaitez introduire une certaine diversification dans votre portefeuille obligataire, cela vous coûtera immédiatement une somme très élevée. Les fonds mixtes disposent d'un énorme réservoir de ressources -- toutes les souscriptions de leurs investisseurs -- et peuvent acheter sans effort ces obligations.Dans la partie actions, le gestionnaire peut puiser dans une vaste gamme d'investissements et investir dans des sociétés dont vous ne connaissez peut-être même pas l'existence. Si vous connaissez l'entreprise, il se peut que vous n'ayez pas assez d'informations pour examiner les possibilités d'investissement en profondeur.Autre avantage des fonds mixtes : vous pouvez trouver un fonds adapté à chaque profil. Si vous avez plutôt peur du risque, vous pouvez choisir un fonds qui investit davantage en obligations et moins en actions. Si les pertes boursières provisoires ne vous font ni chaud ni froid et que vous n'avez pas peur d'investir dans des actions, un fonds au profil plus offensif peut vous convenir davantage.Sur le marché belge, vous pouvez choisir entre quatre grandes catégories de fonds mixtes, en fonction de votre profil de risque. Les fonds ayant un profil défensif limitent le pourcentage d'actions à 35 %. Les fonds au profil neutre ont un pourcentage d'actions qui varie entre 35 et 60 pour cent. Les fonds mixtes dynamiques ont des seuils de 65 % et 85 %. La quatrième catégorie est celle des fonds dits flexibles. Dans cette catégorie, le gestionnaire dispose d'une grande liberté et peut généralement investir entre 0 et 100 % en actions.Coûts et taxesS'il y a des avantages, il y a aussi des inconvénients. En plus des frais d'entrée et de sortie -- à payer lorsque vous achetez et vendez le fonds -- vous payez également des frais de gestion annuels. Ces frais couvrent la gestion professionnelle du fonds et l'administration. Vous ne voyez pas ces coûts être déduits de votre compte et ne vous rendez pas compte que vous les avez payés. Ce montant est progressivement prélevé sur la valeur de l'action que vous détenez et pèse donc sur le rendement du fonds. Pour un fonds dont les frais de gestion annuels sont de 1 %, les investissements sous-jacents doivent enregistrer une performance d'au moins 1 % avant que vous ne commenciez à percevoir un rendement positif sur votre investissement. Vérifiez donc à l'avance si vous devez payer des frais d'entrée ou de sortie et quel est le montant des frais de gestion annuels.Vous devez également vous renseigner sur les conséquences des taxes sur les rendements. Trois taxes sont à prendre en compte : la taxe boursière, le précompte mobilier et un impôt sur les gains en capital sur le revenu des investissements à revenu fixe dans le fonds.L'ampleur des taxes boursières et du précompte mobilier dépend du type de fonds que vous achetez. Vous pouvez opter pour un fonds qui verse une somme annuelle (type distribution) ou pour un fonds qui ajoute ses revenus à la valeur des parts et les capitalise donc (type capitalisation). Vous payez 30 % de précompte mobilier sur le coupon annuel que vous recevez d'un fonds de type distribution. Vous ne payez pas de précompte mobilier sur un fonds de type capitalisation, lorsqu'il n'y a pas de distribution. Vous payez une taxe boursière relativement élevée de 1,32 % lorsque vous vendez votre fonds mixte. Cette taxe est calculée sur la valeur totale de la vente. Vous pouvez vendre un fonds de distribution sans taxe boursière.Les fonds mixtes sont également soumis à un impôt sur les plus-values à la vente, s'ils investissent au moins 10 % dans des titres à revenu fixe, ce qui est le cas de la plupart des fonds mixtes. Vous payez un impôt de 30 % sur les plus-values et les revenus générés par les obligations et autres titres à revenu fixe du fonds depuis l'achat. En principe, cette taxe ne concerne que les options "capitalisation". Toutefois, les fonds de distribution -- qui versent des dividendes -- peuvent également y être soumis. C'est le cas si leur prospectus n'indique pas clairement que le fonds distribue tous les revenus de la partie à revenu fixe sous la forme d'un dividende. La plupart des sociétés de fonds belges ont procédé à cet ajustement dans leur prospectus, mais c'est rarement le cas des sociétés étrangères.Si vous choisissez un fonds mixte auprès d'un établissement financier ou d'un gestionnaire d'actifs étranger, il est donc conseillé de demander à l'avance si vous devrez payer un impôt sur les plus-values.Plus d'actionsComment les fonds mixtes se positionnent-ils sur le marché aujourd'hui ? Investissent-ils en moyenne plus en actions qu'ils ne le font habituellement, ou moins ? Ce positionnement est une indication immédiate pour savoir si les gestionnaires sont toujours positifs sur les actions ou s'ils s'attendent à une régression après la forte performance du marché boursier de ces dernières années."Avec nos fonds mixtes destinés aux clients au profil neutre, où nous investissons en moyenne 55 % en actions et 45 % en obligations et autres titres à revenu fixe, nous investissons aujourd'hui 59 % en actions", explique Dirk Thiels, stratège en investissement pour KBC."Nous ne constatons rien d'alarmant concernant la situation économique. Dans le même temps, les analystes estiment que la croissance des bénéfices des entreprises cette année est assez prudente. Ils supposent que la croissance moyenne des bénéfices des entreprises cette année se situera entre 7 et 8 % au niveau mondial. Comme l'économie continue de bien se porter, nous n'excluons pas une révision à la hausse de cette estimation prudente dans le courant de l'année. Nous tenons compte d'un rendement moyen de 5 à 10 % pour les actions mondiales et nous nous positionnons donc pour des actions supérieures au poids de référence de 55 %.""Les obligations et autres titres à revenu fixe n'ont qu'un poids de 35 % dans nos portefeuilles mixtes aujourd'hui", déclare Dirk Thiels. "Bien que les taux d'intérêt augmentent progressivement, ils restent bas par rapport aux normes historiques, ce qui rend difficile d'obtenir des rendements supplémentaires pour les obligations. Pourtant, les obligations jouent un rôle important dans les portefeuilles mixtes, car elles constituent une sorte de filet de sécurité en cas de correction boursière." En plus des actions et des obligations, KBC injecte également une proportion de liquidités dans ses fonds mixtes.La Banque Degroof Petercam, la plus grande banque d'affaires du pays, applique presque la même pondération que KBC dans ses fonds mixtes à profil neutre pour les obligations, à savoir 34 pour cent. "La priorité de la composante obligataire est la décorrélation et l'équilibre du risque global du portefeuille", souligne Jean-Marc Turin, responsable de la gestion des fonds. Lui aussi compte sur le facteur d'amortissement des obligations dans ses portefeuilles mixtes.Avec une pondération de 56 % en actions, la Banque Petercam Degroof indique également que de bons rendements sont encore possibles cette année grâce aux actions. En plus d'une partie des liquidités, la banque d'investissement investit également 2 % dans l'or.BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, continue également à miser fortement sur les actions. Son célèbre fonds mixte BlackRock Global Allocation est aujourd'hui investi à 68 % en actions, contre un poids de référence de 60 %. BlackRock prévoit que la croissance économique des États-Unis et de l'Europe restera supérieure à leur moyenne historique cette année. Par conséquent, BlackRock s'attend également à ce que les bénéfices des entreprises restent élevés.