Au moment de la suspension, 99,3 millions de titres avaient été traités, ce qui représente cinq fois le volume habituel sur la valeur. L'action cotait alors 8,98 euros en recul de 6%, après être descendue à un plus bas de 8,17 euros en cours de séance. Lundi, le titre ING avait déjà lâché 18% après l'annonce de sa réorganisation qui passe par une scission de ses activités, pour à terme vendre sa branche assurance "dans le cadre d'un plan de restructuration déposé auprès de la Commission européenne", qui sera mis en oeuvre d'ici fin 2013.

Au moment de la suspension, 99,3 millions de titres avaient été traités, ce qui représente cinq fois le volume habituel sur la valeur. L'action cotait alors 8,98 euros en recul de 6%, après être descendue à un plus bas de 8,17 euros en cours de séance. Lundi, le titre ING avait déjà lâché 18% après l'annonce de sa réorganisation qui passe par une scission de ses activités, pour à terme vendre sa branche assurance "dans le cadre d'un plan de restructuration déposé auprès de la Commission européenne", qui sera mis en oeuvre d'ici fin 2013.