Cette place financière asiatique a développé avec prudence son marché des actifs numériques, mais a mis en garde contre les risques liés au commerce des cryptomonnaies, en particulier pour les petits investisseurs. "Le commerce des cryptomonnaies est très risqué et ne convient pas au grand public", a estimé l'Autorité monétaire de Singapour (MAS) en dévoilant des propositions visant à protéger les investisseurs. "Cependant, les cryptomonnaies jouent un rôle de soutien dans le domaine plus large des actifs numériques et il ne serait pas envisageable de les interdire", poursuit-elle.

Dans le cadre de ce plan, qui fera l'objet d'un examen public avant de devenir une loi, le MAS exigera des fournisseurs de services de cryptomonnaies qu'ils fassent preuve de plus de transparence en informant les consommateurs des risques. Les investisseurs potentiels devront également passer un test pour évaluer leur compréhension des risques avant d'être autorisés à négocier des cryptomonnaies. Il leur sera en outre interdit d'utiliser des cartes de crédit ou des applications de paiement pour acheter des unités, précise le MAS.

Aucune incitation encourageant les consommateurs à investir dans les cryptomonnaies ne sera autorisée.

En juin, le fonds spéculatif en cryptomonnaies Three Arrows Capital, basé à Singapour, s'est effondré, tandis que Hodlnaut - un prêteur en cryptomonnaies basé dans la ville-Etat - a été placé sous gestion judiciaire provisoire. Le Sud-Coréen en fuite Do Kwon, fondateur de la cryptomonnaie Terra, était également basé à Singapour.

Malgré les risques, les monnaies numériques continuent d'attirer les investisseurs en raison des gains importants réalisés sur de courtes périodes par certains investisseurs, souligne le MAS.

Les cryptomonnaies ne sont pas adossées à des actifs réels, ce qui les rend sujettes à d'énormes fluctuations de prix et leur commerce est hautement spéculatif.

Cette place financière asiatique a développé avec prudence son marché des actifs numériques, mais a mis en garde contre les risques liés au commerce des cryptomonnaies, en particulier pour les petits investisseurs. "Le commerce des cryptomonnaies est très risqué et ne convient pas au grand public", a estimé l'Autorité monétaire de Singapour (MAS) en dévoilant des propositions visant à protéger les investisseurs. "Cependant, les cryptomonnaies jouent un rôle de soutien dans le domaine plus large des actifs numériques et il ne serait pas envisageable de les interdire", poursuit-elle.Dans le cadre de ce plan, qui fera l'objet d'un examen public avant de devenir une loi, le MAS exigera des fournisseurs de services de cryptomonnaies qu'ils fassent preuve de plus de transparence en informant les consommateurs des risques. Les investisseurs potentiels devront également passer un test pour évaluer leur compréhension des risques avant d'être autorisés à négocier des cryptomonnaies. Il leur sera en outre interdit d'utiliser des cartes de crédit ou des applications de paiement pour acheter des unités, précise le MAS.Aucune incitation encourageant les consommateurs à investir dans les cryptomonnaies ne sera autorisée. En juin, le fonds spéculatif en cryptomonnaies Three Arrows Capital, basé à Singapour, s'est effondré, tandis que Hodlnaut - un prêteur en cryptomonnaies basé dans la ville-Etat - a été placé sous gestion judiciaire provisoire. Le Sud-Coréen en fuite Do Kwon, fondateur de la cryptomonnaie Terra, était également basé à Singapour.Malgré les risques, les monnaies numériques continuent d'attirer les investisseurs en raison des gains importants réalisés sur de courtes périodes par certains investisseurs, souligne le MAS. Les cryptomonnaies ne sont pas adossées à des actifs réels, ce qui les rend sujettes à d'énormes fluctuations de prix et leur commerce est hautement spéculatif.