Les Bourses européennes avaient le moral en berne ce jeudi à la clôture, les inquiétudes entourant la croissance mondiale prenant le pas sur les bonnes statistiques américaines.

Pékin devrait annoncer vendredi un taux de croissance de seulement 7,6% au deuxième trimestre, en net ralentissement par rapport aux 8,1% du premier trimestre. Il s'agirait de sa plus faible croissance trimestrielle depuis la crise de 2009.

Malgré ce contexte difficile, la Réserve fédérale américaine (Fed) n'a pas annoncé de nouvelles mesures de soutien. Le 20 juin, elle avait décidé de prolonger son action pour faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

Europe

Aux actions, Peugeot a comme prévu annoncé son plan de restructuration ce jeudi. Pas moins de 8.000 emplois devraient passer à la trappe et le site de production d'Aulnay devrait fermer ses portes en 2014. Le marché a dans un premier temps applaudit ces mesures pour ensuite se rétracter devant les réactions virulentes des syndicats et du gouvernement français.

Par ailleurs les actions espagnoles étaient en baisse alors que l''Espagne restait au coeur des inquiétudes. Les 65 milliards d'euros de nouvelles mesures de rigueur annoncées mercredi par le gouvernement espagnol inquiètent les opérateurs qui s'interrogent sur leur éventuel effet néfaste sur l'économie du pays, déjà en récession. Telefonica perdait des points tout comme Banco Santander.

Notons encore que SAP évoluait à contre-courant de la tendance après avoir annoncé des ventes de licences supérieures aux attentes.

Bruxelles

A Bruxelles, l'indice Bel 20 a pris ses quartiers d'été et manque cruellement de tendance. Nyrstar et Telenet étaient en tête des hausses à la clôture dans le Bel 20.

Mobistar et UCB ont terminé la séance en baisse sur des prises de bénéfices.

Etats-Unis

La Bourse de New York évoluait en baisse jeudi dans la matinée, pénalisée par des craintes pour la croissance économique mondiale en dépit de bonnes statistiques.

Selon des chiffres officiels, quelque 350.000 demandes d'allocation de chômage ont été déposées dans le pays du 1er au 7 juillet, soit 6,9% de moins que la semaine précédente, selon des données corrigées des variations saisonnières.

En outre, les prix des produits importés par les Etats-Unis ont connu en juin leur plus forte baisse depuis décembre 2008, tirés notamment par un recul du cours des hydrocarbures. Il s'agit d'un repli plus fort que prévu, ont souligné les experts de Wells Fargo, les prix affichant un recul " de 2,7% en juin contre 1,8% " attendu par les analystes.

K.H.