Vers 11H45 (09H45 GMT), les taux longs irlandais s'inscrivaient à 6,591%, soit une progression de 16 points de base par rapport à lundi soir et les rendements portugais à 6,518% soit un bond de 23 points de base. Pour ces deux lignes obligataires, il s'agit de leur plus haut niveau depuis la création de la zone euro. Dublin comme Lisbonne, de nouveau sous les feux des projecteurs, provoquent un regain de tension sur les marchés financiers. Le gouvernement irlandais doit annoncer cette semaine le coût de son plan de sauvetage d'une des principales banques du pays, Anglo Irish, tandis que le Portugal, sous la menace d'une crise politique, peine à faire faire adopter son budget 2011. En conséquence, les marchés financiers se méfient, provoquant une hausse des taux des obligations, soit la rémunération d'un investisseur lorsqu'il en acquiert une. Du coup, les spread (écart de taux d'intérêt) avec le Bund allemand, l'obligation qui sert de référence dans la zone euro, se sont tendus, témoignant de la méfiance des investisseurs. Ainsi, pour pouvoir emprunter, Irlande comme Portugal doivent offrir des taux d'intérêt aux investisseurs supérieurs de plus de 400 points de base à ceux proposés par l'Allemagne.