En mai dernier, le Conseil belge de la concurrence a jugé que Proximus avait abusé de sa position dominante sur le marché mobile de gros "en pratiquant des prix ciseaux" (marging squeeze), explique jeudi la plate-forme dans un communiqué. Les opérateurs concernés souhaitent que le tribunal désigne à présent un expert pour déterminer l'ampleur exacte du préjudice subi. L'amende de 66,3 millions d'euros infligée par le Conseil de la concurrence à Proximus ne suffit pas, selon eux. "Vu l'abus de pouvoir avéré de Proximus et son impact négatif sur le marché belge des télécoms, la plate-forme soutient pleinement cette initiative collective de la part de ses membres", souligne Benoît Scheen, président de la Platform Telecom Operators & Service Providers.

En mai dernier, le Conseil belge de la concurrence a jugé que Proximus avait abusé de sa position dominante sur le marché mobile de gros "en pratiquant des prix ciseaux" (marging squeeze), explique jeudi la plate-forme dans un communiqué. Les opérateurs concernés souhaitent que le tribunal désigne à présent un expert pour déterminer l'ampleur exacte du préjudice subi. L'amende de 66,3 millions d'euros infligée par le Conseil de la concurrence à Proximus ne suffit pas, selon eux. "Vu l'abus de pouvoir avéré de Proximus et son impact négatif sur le marché belge des télécoms, la plate-forme soutient pleinement cette initiative collective de la part de ses membres", souligne Benoît Scheen, président de la Platform Telecom Operators & Service Providers.