Près de la moitié de la somme a profité au portefeuille de l'ancien
directeur financier Gilbert Mittler, qui a touché 4,22 millions d'euros
lors de son départ.

Karel De Boeck, qui a été remplacé lundi en tant que CEO de Fortis holding par Bart De Smet, bénéficiera d'une prime de départ s'élevant à un an et demi de salaire, soit 1,2 millions d'euros. De Boeck n'était entré en fonction que début décembre dernier. Il s'agit du quatrième changement de CEO chez Fortis en moins d'un an.

Le montant consacré aux primes de départ aurait pu être encore plus élevé. En effet, Filip Dierckx n'a pas eu de prime de départ lors de son retour chez Fortis en novembre dernier et Herman Verwilst a renoncé à une importante partie de ses indemnités. Il a encaissé 800.000 euros, alors que son contrat lui donnait droit à 4,76 millions d'euros.