La Chine possède la marque de bière la plus bue, le spiritueux qui dégage le plus de valeur et le premier opérateur télécom mondial. Pourtant, qui chez nous a déjà entendu parler de Snow, Kweichow Moutai et China Mobile ? Les investisseurs auraient cependant tort de ne pas s'y intéresser de plus près. Hormis pour étoffer votre culture générale, ses sociétés étaient auparavant dénuées d'intérêt, leurs actions étant inaccessibles. Jusqu'à aujourd'hui !
...

La Chine possède la marque de bière la plus bue, le spiritueux qui dégage le plus de valeur et le premier opérateur télécom mondial. Pourtant, qui chez nous a déjà entendu parler de Snow, Kweichow Moutai et China Mobile ? Les investisseurs auraient cependant tort de ne pas s'y intéresser de plus près. Hormis pour étoffer votre culture générale, ses sociétés étaient auparavant dénuées d'intérêt, leurs actions étant inaccessibles. Jusqu'à aujourd'hui ! Première raison à ce changement, diverses entreprises chinoises cotent à la Bourse de Hong Kong. " Cette plateforme est en principe accessible aux investisseurs particuliers belges et néerlandais, explique Rob Deneke, partenaire chez Comgest, une société de gestion française. Acheter une action se révélera plus fastidieux que pour le Bel-20, l'AEX ou la NYSE, mais c'est possible. " Les investisseurs étrangers peuvent depuis peu acheter des actions de catégorie A sur la plateforme Hong Kong Connect. Il s'agit d'actions qui cotent aux Bourses de Shanghai et de Shenzhen. "Les investisseurs professionnels ont déjà accès à ce marché, poursuit Rob Deneke. En règle générale, ce sont toujours d'abord les sociétés de gestion qui déverrouillent un nouveau marché, suivies des fonds de pension, puis des banques, et enfin de Monsieur Tout-le-Monde. Il ne faudra pas cinq ans pour que les investisseurs particuliers puissent bénéficier des mêmes facilités que les professionnels. " " En théorie, les particuliers peuvent déjà acquérir des actions de catégorie A, affirme Lodewijk Van der Kroft, responsable des relations clients chez Comgest. Sauf que si vous appelez BNP Paribas Fortis ou ABN Amro pour acheter une centaine d'actions Kweichow Moutai, votre interlocuteur risque de tiquer. " Prudence lorsque vous investissez en Chine. Les Bourses de Shanghai et de Shenzhen n'ont pas très bonne presse. On les compare volontiers à des casinos de luxe, attirant les Chinois naïfs et joueurs en quête d'une richesse qu'ils tentent bien souvent d'obtenir en investissant dans des entreprises à la comptabilité opaque et à la direction douteuse. La réalité est malgré tout plus nuancée, précise Luke Richdale, spécialiste produits de l'équipe marchés émergents de J. P. Morgan Asset Management. " De plus en plus d'investisseurs ont conscience qu'il s'agit d'un marché très ramifié et liquide. De notre côté, nous avons décelé une centaine d'actions de catégorie A qui méritent que l'on s'y intéresse. Mais il est vrai qu'il s'agit encore pour l'heure d'un marché inefficient et volatil, dominé par de petits investisseurs. " La sélection des actions s'avère donc cruciale. Se tourner vers des entreprises mondiales de premier plan peut donc constituer une bonne option. En plus de disposer d'un immense marché domestique de près de 1,4 milliard d'individus - c'est plus que l'Europe et les Etats-Unis réunis - elles peuvent utiliser leur trésorerie pour racheter des entreprises américaines ou européennes actives dans leur secteur, ou leur livrer une farouche concurrence dans d'autres pays émergents. " Les Chinois sont déjà dans la place ", renchérit Lodewijk Van der Kroft. Passons en revue plusieurs entreprises chinoises d'envergure mondiale dans lesquelles il est possible d'investir via les plateformes boursières occidentales ou la Bourse de Hong Kong. Le fabricant de spiritueux Kweichow Moutai alimente le marché chinois depuis plus de cinq ans avec une seule boisson. La société pèse 76 milliards de dollars contre 73 pour le fabricant britannique Diageo, qui possède pourtant quelques-unes des marques de spiritueux les plus vendues au monde, comme Smirnoff, Johnny Walker et Guinness. Avec ses 849 millions de clients et ses 460.000 employés, China Mobile est le principal opérateur télécom mondial. L'entreprise peut se targuer d'une capitalisation boursière de 218 milliards de dollars et cote à la Bourse de Hong Kong. " China Mobile détient 60 % du marché et continue d'engloutir la majorité des nouveaux clients, raconte Lodewijk Van der Kroft. Vu le faible taux de pénétration de la 3G et de la 4G, le potentiel de croissance est énorme. L'entreprise présente un bilan solide, possède d'importantes liquidités et verse un dividende confortable. " Ce n'est pas dans le portefeuille de produits d'AB InBev que vous trouverez la marque de bière la plus vendue au monde en termes d'hectolitres brassés. Baptisée Snow, elle appartient à China Resources Beer. Ce brasseur chinois possède 25 % du marché domestique, mais ne peut pour autant se reposer sur ses lauriers. " L'industrie chinoise de la bière, très concurrentielle, est confrontée depuis plusieurs dizaines d'années à de faibles marges, écrit la société de courtage CSLA. Cela dit, nous sommes convaincus que le recul des volumes vendus enregistré ces trois dernières années est le signe d'un changement structurel. Des acteurs de premier plan tels que Carlsberg et AB InBev ont commencé à fermer des usines. Liée à l'Etat, China Resources Beer dispose d'une marge de manoeuvre plus faible, mais la direction a déjà fait part de sa volonté de s'astreindre à une cure d'amaigrissement pour stimuler les marges, comme le prouvent les deux sites fermés l'année dernière. De nouvelles fermetures, de plus grande ampleur, suivront. Si ce dégraissage entraîne des frais à court terme, les rendements devraient grimper à plus long terme. " A l'occasion du Singles' Day (11 novembre), Alibaba génère plus de chiffre d'affaires en une seule journée que les Etats-Unis lors du Black Friday (le vendredi avant Thanksgiving) et du Cyber Monday (le lundi d'après) réunis. Le géant chinois du commerce électronique a atteint 17,8 milliards de dollars lors de la dernière édition. Fait intéressant pour les investisseurs : l'action cote à la Bourse de New York. Aucune autre entreprise du secteur de l'électroménager, pas même Whirlpool, n'a généré autant de revenus l'année dernière que Midea. De l'argent que la société met à profit pour poursuivre son expansion internationale. Après avoir déboursé 4,5 milliards de dollars l'année dernière pour acquérir Kuka, le géant allemand de la robotique, Midea dispose également à présent de technologies industrielles occidentales de pointe. Cette acquisition de technologies stratégiques avait d'ailleurs suscité une belle agitation sur les marchés. " L'an dernier, Midea a vu son bénéfice bondir de plus de 20 %, précise Luke Richdale. Voilà le genre d'entreprises dont nous raffolons : celles qui dégagent de gros bénéfices, investissent dans la croissance à long terme et sont dirigées par une équipe entreprenante. " Parmi les entreprises chinoises d'envergure mondiale qui caracolent en tête en termes de revenus, on retrouve aussi Hikvision. " A l'origine, l'entreprise produisait des caméras de surveillance, mais elle a progressivement étendu ses activités vers le développement de logiciels destinés à analyser les enregistrements vidéo, raconte Luke Richdale. Les détaillants peuvent exploiter cette technologie notamment pour acquérir une meilleure compréhension du comportement d'achat de leurs clients en magasin. " Tencent figure parmi les entreprises les plus innovantes dans le secteur de l'Internet, affirme Stefan Schreurer, économiste chez Allianz. " Du made in China, on est rapidement passé au innovated in China. " Les réseaux sociaux de Tencent totalisent chaque mois 890 millions d'utilisateurs aux quatre coins de la planète. Avec WeChat, son produit phare, ils s'informent, échangent des nouvelles et réalisent des paiements en ligne. Plus de la moitié des utilisateurs de smartphones chinois passent pas moins de 90 minutes par jour sur l'application. A l'instar de ses concurrents technologiques américains, Tencent construit de véritables écosystèmes destinés à garder les utilisateurs sur ses plateformes, fait remarquer Luke Richdale. " On a pris pour habitude de comparer Tencent à Facebook, en raison de son réseau social QQ qui jouit d'une immense popularité. Mais l'entreprise est également leader mondial dans le secteur des jeux en ligne. " Le jeu Honor of Kings développé par Tencent est l'application la plus téléchargée de la planète. Les partisans de la politique de la Chine unique qui considèrent que Taïwan est chinoise ne seront pas surpris de voir TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing) figurer sur notre liste. Avec une part de marché de 30 % (voire 70 % sur le segment le plus cher), l'entreprise apparaît comme le premier fabricant mondial de puces, que l'on retrouve dans des micro-ondes, des téléphones et des voitures. " TSMC doit sa croissance non pas à son marché domestique, mais plutôt à son modèle d'entreprise, observe Luke Richdale. L'entreprise joue le jeu de l'externalisation à fond. Bon nombre d'entreprises développent elles-mêmes leurs puces avant d'en confier la fabrication à TSMC. " Ces puces représentent un maillon incontournable de la croissance de l'Internet des objets et de l'intelligence artificielle. " L'entreprise génère d'importants flux de trésorerie disponible et investit annuellement plus de 7 milliards de dollars dans de nouvelles infrastructures pour maintenir sa domination technologique ", conclut Lowewijk Van der Krof. Par Daan Ballegeer.