67 valeurs sont concernées. Il s'agit des 9 sociétés cotées sur l'Alternext, les 26 du Marché libre et de 32 titres du marché réglementé. Vincent Van Dessel, le président de la Bourse de Bruxelles, estime que cette hausse reste marginale et ne représente pas grand-chose dans le coût final d'une transaction. Mais plusieurs acteurs des marchés déplorent cette évolution. "C'est une catastrophe pour le tissu industriel belge", commente l'un d'entre eux. Plus risquées par nature, les PME ne bénéficient en effet déjà pas d'un engouement soutenu en Bourse. Pour les intermédiaires, elles seront aussi plus chères à négocier.

67 valeurs sont concernées. Il s'agit des 9 sociétés cotées sur l'Alternext, les 26 du Marché libre et de 32 titres du marché réglementé. Vincent Van Dessel, le président de la Bourse de Bruxelles, estime que cette hausse reste marginale et ne représente pas grand-chose dans le coût final d'une transaction. Mais plusieurs acteurs des marchés déplorent cette évolution. "C'est une catastrophe pour le tissu industriel belge", commente l'un d'entre eux. Plus risquées par nature, les PME ne bénéficient en effet déjà pas d'un engouement soutenu en Bourse. Pour les intermédiaires, elles seront aussi plus chères à négocier.