Plus de la moitié de l'activité est réalisée dans les fonds d'actions. Le gestionnaire a organisé la semaine dernière une présentation destinée à la presse européenne, centrée sur les tendances de long terme qui affectent les investisseurs sur les marchés financiers.
...

Plus de la moitié de l'activité est réalisée dans les fonds d'actions. Le gestionnaire a organisé la semaine dernière une présentation destinée à la presse européenne, centrée sur les tendances de long terme qui affectent les investisseurs sur les marchés financiers. " Ces tendances vont construire le monde dans lequel nous vivons, souligne Andrew Formica, co-CEO de Janus Henderson. Dans cette optique, nous pensons que les investisseurs devraient considérer les avantages proposés par une gestion active de leurs investissements après un exercice 2017 marqué par une volatilité anormalement basse. La hausse des taux d'intérêt et une moindre ingérance des banques centrales va entraîner plus de divergences dans les performances au sein d'un même secteur. " Et de souligner que la période de détention moyenne du plus grand ETF sur les actions américaines tourne actuellement autour de neuf jours. " Ces produits sont utilisés pour faire du trading, pas pour investir sur le long terme ", précise Andrew Formica. Il indique également l'importance pour les investisseurs de planifier leur retraite en dégageant une performance positive sur leur portefeuille, en s'exposant sur des thèmes de long terme comme la technologie, les investissements durables ou les soins de santé. Hamish Chamberlayne (Janus Henderson Global Sustainable) souligne, pour sa part, qu'il est aujourd'hui important de se positionner sur les groupes qui vont trouver des solutions à la forte augmentation de la population mondiale prévue pour les 20 prochaines années. " Nous pensons que ces compagnies seront des propositions attractives pour allouer nos actifs sous gestion dans le futur. " A l'occasion de cette conférence organisée à Londres, nous avons eu l'occasion de parler à de nombreux gestionnaires dont les fonds affichent quatre ou cinq étoiles sur Morningstar. Le tableau ci-dessous ne reprend à ce titre qu'une partie de ces produits bien notés. Steve Weeple (Janus Henderson Global Equity) indique avoir une préférence pour les valeurs de qualité (cash-flows élevés et prévisibles), peu endettées, avec un historique de traitement favorable des actionnaires minoritaires, qu'il achète à des niveaux de valorisation attractif. " Notre but est de constituer un portefeuille de qualité de 40 à 60 positions pour le long terme, avec une composition sectorielle qui variera fortement de l'indice suite à une procédure de sélection qui sera peu influencée par des considérations macroéconomiques. " Le portefeuille aura tendance à se positionner sur la transition des paiements vers le digital (avec une société comme MasterCard), l'efficience énergétique (Continental), la consommation des pays émergents (Tiger Brands) ou les modèles disruptifs. La technologie joue également les premiers rôles dans le fonds avec des noms comme Alphabet ou Microsoft. " Une de nos valeurs préférées est Icon, un groupe qui permet de s'exposer sur le secteur des soins de santé sans subir les incertitudes liées à la recherche médicale. Ce groupe permet de profiter de la tendance à l'externalisation des programmes de recherche chez les grands labos pharmaceutiques ", indique encore Steve Weeple. Il indique également ne pas être trop inquiet des mesures tarifaires décidées au niveau américain. " Les barrières protectionnistes visent à protéger des sociétés ne disposant pas d'avantages concurrentiels, et ce ne sont clairement pas ces sociétés que nous visons. " En dépit d'une période plus difficile pour les actions des soins de santé durant les trois derniers exercices, Andy Acker (Janus Henderson Life Sciences) souligne que les perspectives restent favorables pour les groupes qui prennent le pari de développer des traitements innovants : " Le vieillissement de la population est une tendance de long terme. Au Royaume-Uni, le nombre de centenaires devrait progresser de 40.000 à plus d'un demi-million durant les prochaines décennies. Et comme les personnes âgées ont tendance à dépenser quatre fois plus de médicaments et que cette tendance se retrouve dans la plupart des pays développés, les fondamentaux restent sains ". Andy Acker souligne que le secteur doit continuer à bénéficier d'une rémunération adéquate pour les risques pris dans le développement de nouveaux traitements. " La fenêtre durant laquelle les laboratoires peuvent les commercialiser est étroite, mais les bénéfices pour la société civile sont éternels. Les nouveaux traitements dans l'hépatite C ont permis de soigner durablement de nombreux patients et coûtaient plus de 1.000 dollars lors de leur lancement. Ce prix est toutefois en train de diminuer rapidement. " Et de souligner que c'est actuellement dans le domaine du cancer que les meilleures perspectives sont disponibles, avec d'importantes innovations à attendre durant les prochaines années, notamment en raison de la baisse considérable des prix pour le séquencage individuel de l'ADN. Janus Henderson dispose aussi d'une compétence affirmée dans les marchés obligataires, et plus particulièrement sur les obligations d'entreprises. Thomas Ross (Janus Henderson Euro High Yield) souligne que le marché du haut rendement est en train de revenir à des bases plus normales par rapport aux années précédentes. " Nous allons commencer à voir des différences plus claires entre les sociétés qui sont bien gérées et celles qui ne le sont pas, estime-t-il. Ceci constituera un problème majeur pour les ETF sur le marché de la dette d'entreprise, mais devrait plutôt jouer en faveur de gestionnaires actifs comme nous. " Pour Steve Drew (Janus Henderson Emerging Markets Corporate Bonds), le marché de la dette d'entreprise est surtout actuellement attirant sur les marchés émergents. " Il y a de plus en plus de sociétés qui émettent du papier en dollar et la baisse de la devise américaine constitue un environnement structurellement favorable à la dette émergente. Il faudra toutefois observer dans quel sens elle évoluera durant les prochains mois, en particulier au vu des menaces tarifaires qui pointent avec les Etats-Unis. Les flux qui se dirigent vers la dette émergente sont massifs, et probablement structurels. Sur les 10 prochaines années, 50 % des flux viendront du marché chinois. "