Le résultat d'exploitation a reculé de 4,4% à 15,9 millions d'euros, tandis que le résultat net part du groupe a progressé de 22,9% à 12,2 millions d'euros. Pour 2009, Lotus ne souhaite toujours pas formuler de prévisions. Dans ses deux principaux marchés locaux (Belgique et Pays-Bas), le chiffre d'affaires est resté relativement stable. Dans les marchés d'exportation, qui ont connu plusieurs années de forte croissance, le chiffre d'affaires enregistre aujourd'hui une stagnation. " C'est dans les pays où les biscuits importés sont considérés comme des produits de luxe surtout que la crise économique pèse sur les ventes.

Le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient en particulier sont touchés par le phénomène ", explique Lotus Bakeries. Dans les pays nordiques, le chiffre d'affaires généré par le Pepparkakor d'Anna's reste relativement limité. Ce biscuit est un produit saisonnier, et sa contribution au chiffre global devrait augmenter au second semestre, selon l'entreprise. Le résultat d'exploitation courant a reculé de 4,4% sur les six premiers mois de l'année. Lotus a multiplié les efforts de communication et de marketing au cours du semestre, expliquant que " c'est en temps de crise, précisément, qu'il convient de communiquer abondamment avec le consommateur ".

Quant au résultat financier, il est en négatif de 1,7 millions d'euros pour le premier semestre de l'exercice. Les frais financiers se sont donc allégés de 1,5 million par rapport à la même période de 2008. Pour 2009, Lotus Bakeries prévient que " l'arrêt de la commercialisation des produits Harry's et la résiliation du contrat relatif aux Jaffa Cake Bars de McVities pèseront à brève échéance sur le chiffre d'affaires et la rentabilité du groupe ". La société refuse de donner des prévisions chiffrées, estimant "qu'en ces temps économiquement incertains, il est particulièrement difficile d'établir des pronostics fiables.