Entre janvier et mars, LVMH a enregistré des ventes de 6,9 milliards d'euros, en hausse de 6% par rapport au premier trimestre 2012. Corrigée des effets de change et des variations de périmètre, la croissance organique ressort à 7% contre 8% quatrième trimestre 2012 et 14% il y a un an.

Le détail de la croissance est encore plus décevant pour les marchés étant donné qu'elle a surtout été portée par la division "Distribution sélective" dont les ventes ont progressé de 17% mais il s'agit de l'activité la moins rentable du groupe avec une marge opérationnelle de 10,8% en 2012 contre 21% pour l'ensemble du groupe. Le pôle Mode et maroquinerie (dont la célèbre marque Luis Vuitton), qui a représenté 55% du bénéfice l'année dernière, a signé une croissance organique modeste de 3% contre 5% au cours des deux trimestres précédents.

Les chiffres de LVMH pèsent sur l'ensemble du secteur du luxe en Bourse, à commencer pas son compatriote PPR.

Cédric Boitte

www.accioz.be