Pour le chief economist de la banque CBC, Bernard Keppenne, deux éléments expliquent ce regain de vigueur de la monnaie japonaise malgré les bruits de bottes dans la péninsule nord-coréenne : " Outre l'amélioration de la situation économique au Japon...

Pour le chief economist de la banque CBC, Bernard Keppenne, deux éléments expliquent ce regain de vigueur de la monnaie japonaise malgré les bruits de bottes dans la péninsule nord-coréenne : " Outre l'amélioration de la situation économique au Japon, c'est surtout à cause de la défiance vis-à-vis du dollar que le yen monte. " Le dollar a en effet reculé fortement par rapport à ses principaux partenaires commerciaux depuis le début de l'année. " Le plus symptomatique étant sa glissade de plus de 10 % face à l'euro, poursuit l'expert de CBC. Il y a clairement, pour les investisseurs, une perte d'attractivité des Etats-Unis, et par ricochet, du dollar qui ne joue plus son rôle de valeur refuge dans un contexte de vives tensions géopolitiques. " En cause, le manque de crédibilité du nouveau président américain et l'état dans lequel se trouve aujourd'hui son administration. Même la devise chinoise en profite. Alors que l'économie chinoise se stabilise et que Pékin n'intervient plus sur les marchés pour maintenir artificiellement le niveau de sa monnaie sous-évalué, le renminbi se retrouve aujourd'hui à son plus haut taux depuis un an face au billet vert.