Le lien le plus évident se situe entre le billet vert et l'or qui est coté en dollars. Le rapport entre le dollar et les actions est moins direct. Une hausse du dollar peut notamment s'expliquer par une perte de confiance des investisseurs qui privilégient alors l'actif le plus liquide, à s...

Le lien le plus évident se situe entre le billet vert et l'or qui est coté en dollars. Le rapport entre le dollar et les actions est moins direct. Une hausse du dollar peut notamment s'expliquer par une perte de confiance des investisseurs qui privilégient alors l'actif le plus liquide, à savoir les bons du Trésor américains, au détriment des actions et obligations internationales. Cette corrélation inverse entre le dollar, d'une part, et l'or et les actions, d'autre part, n'est toutefois pas immuable comme on a pu l'observer pas plus tard que l'année dernière et au cours des deux premiers mois de 2020. Le dollar et tous les actifs avaient progressé sur fond de baisse des taux de référence aux Etats-Unis. Au cours de la décennie écoulée, la corrélation inverse avait également été interrompue par les chutes de l'euro, dopant mécaniquement le dollar, en pleine crise des dettes souveraines. En l'absence d'élément perturbateur, les marchés ont pu reprendre leur schéma classique. Un schéma qui semble plutôt favorable à l'or et aux actions. Maintenant que la Fed américaine applique aussi une politique durable de taux ultra-bas, la balance commerciale (exportations - importations) devrait rejouer un rôle déterminant selon la théorie classique. Ce qui est de mauvais augure pour le billet vert, les Etats-Unis affichant le plus important déficit commercial du monde.