Preuve s'il en fallait de l'abondance de liquidités sur les marchés, les SPAC (special purpose acquisition companies) ont réussi à lever 100 milliards de dollars au cours du premier trimestre, selon Bloomberg. Davantage qu'au cours de toute l'année 2020! Cent milliards confiés à des sociétés dont la seule promesse est de réaliser une acquisition...
...

Preuve s'il en fallait de l'abondance de liquidités sur les marchés, les SPAC (special purpose acquisition companies) ont réussi à lever 100 milliards de dollars au cours du premier trimestre, selon Bloomberg. Davantage qu'au cours de toute l'année 2020! Cent milliards confiés à des sociétés dont la seule promesse est de réaliser une acquisition... Flirtant entre l'introduction en Bourse détournée et la confiance aveugle, ces véhicules ont bénéficié de quelques réussites d'ampleur. En un peu plus d'un an, le cours de DraftKings, spécialiste des paris sportifs, a sextuplé. QuantumScape a décollé alors que la start-up est devenue le principal partenaire du géant Volkswagen dans les batteries solides, ce qui a suscité les convoitises des investisseurs, séduits par la perspective de miser sur des entreprises non cotées. Les SPAC ont ainsi essaimé en Asie et en Europe où Xavier Niel et Matthieu Pigasse en sont déjà à leur deuxième SPAC. Euronext Amsterdam profite de son nouveau statut de pôle européen du trading d'actions pour attirer les SPAC, impliquant notamment Bernard Arnault (LVMH). Nombre de ces coquilles vides sont en effet "sponsorisées" par des célébrités. Si, en Europe, il s'agit essentiellement d'entrepreneurs et d'hommes d'affaires, aux Etats-Unis, les sportifs, activistes ou chanteurs attirent les foules de nouveaux petits investisseurs. Au point d'inciter le gendarme boursier américain à lancer un avertissement. Historiquement, les résultats des SPAC ne sont en effet guère brillants. Selon Renaissance capital, les SPAC ayant réalisé une acquisition ont subi une perte moyenne de près de 10% entre 2015 et 2020, contre un gain moyen de 47% pour les introductions en Bourse classiques. En matière d'investissement aussi, il vaut toujours mieux savoir ce qu'on achète...