Par action, la perte nette s'établit à 0,07 euro. Cette perte est un peu plus élevée que les prévisions de l'analyste Nico Melsens de KBC Securities. Melexis est un important fournisseur de l'industrie automobile, un secteur particulièrement touché par la crise économique et financière. Le chiffre d'affaires des trois derniers mois de 2008 atteint 33,7 millions d'euros, soit un repli de 35%. Sur la même période, la marge brute s'établit à 12,5 millions d'euros, soit 42% par rapport à l'année précédente. Le résultat opérationnel est positif et atteint 137.000 euros. Les frais de recherche et de développement ont atteint 22% du chiffre d'affaires, les charges administratives et commerciales ont augmenté à 13% du chiffre d'affaires. "Même si nos clients travaillent tous avec des budgets moins élevés qu'auparavant, aucun programme de développement n'a été annulé, commente Rudi De Winter, CEO de Melexis. Sur l'ensemble de l'exercice fiscale 2008, le bénéfice net est porté à 22,5 millions d'euros, soit une baisse de 39,5% par rapport à 2007. Le groupe a, par ailleurs, revu fortement à la baisse ses prévisions pour 2009. Melexis a enregistré une baisse de 9% de son chiffre d'affaires par rapport à l'année précédente, pour atteindre 185,5 millions d'euros. La marge brute atteint 76 millions d'euros, soit une baisse de 10,5% par rapport à l'année précédente. Le résultat opérationnel s'établit, lui, à 29,6 millions d'euros, autrement dit un recul de 28% d'une année à l'autre. Melexis précise qu'une nouvelle méthode d'évaluation a débouché sur une dépréciation de 4,25 millions d'euros du portefeuille CDO et reclassement du solde de 10,75 millions d'euros des actifs circulants vers des actifs non circulants. Par secteurs d'activité, le chiffre d'affaires a reculé de 18% pour la division Actuators, et de 11% pour la division Opto. Pour le premier trimestre 2009, Melexis s'attend à ce que ses ventes reculent encore de 20 à 35% par rapport au trimestre précédent, "principalement en raison de nouvelles réductions réactives de stocks et de la quête effrénée d'évolution positive du fonds de roulement par bon nombre de clients". "Les corrections d'inventaires semblent se maintenir plus longtemps que les deux mois prévus, déclare Françoise Chaombar dans un communiqué. Cependant, nous tablons sur une forte reprise de la demande, une fois que les stocks auront atteint leur niveau plancher". Pour l'ensemble de l'exercice 2009, le groupe table sur des recettes s'élevant à minimum 155 millions d'euros et un EBIT de 22 millions d'euros. Melexis ne semble se soucier de problèmes financiers et entend respecter l'intégralité de ses engagements bancaires en 2009.

Par action, la perte nette s'établit à 0,07 euro. Cette perte est un peu plus élevée que les prévisions de l'analyste Nico Melsens de KBC Securities. Melexis est un important fournisseur de l'industrie automobile, un secteur particulièrement touché par la crise économique et financière. Le chiffre d'affaires des trois derniers mois de 2008 atteint 33,7 millions d'euros, soit un repli de 35%. Sur la même période, la marge brute s'établit à 12,5 millions d'euros, soit 42% par rapport à l'année précédente. Le résultat opérationnel est positif et atteint 137.000 euros. Les frais de recherche et de développement ont atteint 22% du chiffre d'affaires, les charges administratives et commerciales ont augmenté à 13% du chiffre d'affaires. "Même si nos clients travaillent tous avec des budgets moins élevés qu'auparavant, aucun programme de développement n'a été annulé, commente Rudi De Winter, CEO de Melexis. Sur l'ensemble de l'exercice fiscale 2008, le bénéfice net est porté à 22,5 millions d'euros, soit une baisse de 39,5% par rapport à 2007. Le groupe a, par ailleurs, revu fortement à la baisse ses prévisions pour 2009. Melexis a enregistré une baisse de 9% de son chiffre d'affaires par rapport à l'année précédente, pour atteindre 185,5 millions d'euros. La marge brute atteint 76 millions d'euros, soit une baisse de 10,5% par rapport à l'année précédente. Le résultat opérationnel s'établit, lui, à 29,6 millions d'euros, autrement dit un recul de 28% d'une année à l'autre. Melexis précise qu'une nouvelle méthode d'évaluation a débouché sur une dépréciation de 4,25 millions d'euros du portefeuille CDO et reclassement du solde de 10,75 millions d'euros des actifs circulants vers des actifs non circulants. Par secteurs d'activité, le chiffre d'affaires a reculé de 18% pour la division Actuators, et de 11% pour la division Opto. Pour le premier trimestre 2009, Melexis s'attend à ce que ses ventes reculent encore de 20 à 35% par rapport au trimestre précédent, "principalement en raison de nouvelles réductions réactives de stocks et de la quête effrénée d'évolution positive du fonds de roulement par bon nombre de clients". "Les corrections d'inventaires semblent se maintenir plus longtemps que les deux mois prévus, déclare Françoise Chaombar dans un communiqué. Cependant, nous tablons sur une forte reprise de la demande, une fois que les stocks auront atteint leur niveau plancher". Pour l'ensemble de l'exercice 2009, le groupe table sur des recettes s'élevant à minimum 155 millions d'euros et un EBIT de 22 millions d'euros. Melexis ne semble se soucier de problèmes financiers et entend respecter l'intégralité de ses engagements bancaires en 2009.