Les négociations se déroulent sous haute tension car les syndicats ont menacé d'une grève immédiate dans les brasseries, dépôts et autres départements si aucun accord n'était atteint.

"Nous ne reviendrons pas sur notre demande concernant le pouvoir d'achat. Nous savons qu'il y a une crise économique mais d'autre part, la société est riche et distribue des indemnités royales à ses dirigeants. Nous voulons aussi une part du gâteau et ce que la direction nous propose actuellement est insuffisant", a expliqué Luc Gysemberg de la CSC. "Les discussions vont actuellement dans le mauvais sens. Nous allons soumettre une nouvelle proposition sur le pouvoir d'achat à la direction", a ajouté le syndicaliste au cours d'une pause dans les discussions.