En 2019, The London Stock Exchange Group (LSE) avait annoncé son intention d'acheter Refinitiv pour 27 milliards de dollars. La société, détenue conjointement par Reuters et Blackstone, est un fournisseur mondial de données et d'infrastructures sur les marchés financiers. C'est le grand concurrent de Bloomberg. Pour que la Commission e...

En 2019, The London Stock Exchange Group (LSE) avait annoncé son intention d'acheter Refinitiv pour 27 milliards de dollars. La société, détenue conjointement par Reuters et Blackstone, est un fournisseur mondial de données et d'infrastructures sur les marchés financiers. C'est le grand concurrent de Bloomberg. Pour que la Commission européenne donne son feu vert à un tel rapprochement et permette à LSE de s'étendre aux Etats-Unis et en Asie, le groupe avait décidé de mettre Borsa Italiana en vente. LSE avait décidé de procéder par un système d'enchères pour mettre tout le monde sur un même pied d'égalité financière, la différence devant se faire sur les modalités de l'opération. C'est Euronext (et ses deux partenaires italiens, l'Intesa Sanpaolo et la Caisse des dépôts italienne) qui a remporté le gros lot, pour un montant de 4,33 milliards d'euros jugé conforme au marché par les experts. Euronext a damé le pion à des adversaires plus gros que lui comme la Deutsche Börse, mais aussi le Six Group qui l'avait devancé dans le rachat de la Bourse espagnole l'an dernier. Déjà à la tête des Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Dublin, Lisbonne et Oslo, Euronext fait une excellente affaire avec celle de Milan. D'une part, Borsa Italiana va faire bondir ses revenus de plus de 50%. Ensuite, ce rachat va le transformer en premier marché d'actions d'Europe, avec 1.800 sociétés cotées et une capitalisation boursière approchant les 4.500 milliards d'euros. Enfin, Euronext met aussi la main sur MTS, la plus grande plateforme de négoce d'obligations, ce qui lui ouvre les portes du marché de la dette. Reste à savoir ce que la Commission européenne va penser de tout ça...