La réactivité des gestionnaires durant le mois de mars 2020 a été prépondérante dans la hiérarchie des fonds pour l'année écoulée, et notamment le positionnement rapide sur des secteurs attractifs et immunisés contre la crise économique, notamment toute la thématique entourant le stay at home. Au niveau obligataire, il fallait profiter de l'écartement des différentiels de taux en mars dernier et oser revenir rapidement sur des obligations d'entreprises ou sur certaines dettes souveraines (notamment les périphériques européennes). Les valeurs de croissance et la qualité ont dégagé des performances appréciables, notamment sur les nouvelles tendances dans la digitalisation de l'économie (livraison à domicile, éducation, etc.), de même que le positionnement sur des thématiques durables. Pour la première fois, le palmarès des Morningstar Awards compte d'ailleurs un fonds ayant reçu le label Towards Sustainability de Febelfin. Gageons qu'il s'agit du début d'une longue série.
...

La réactivité des gestionnaires durant le mois de mars 2020 a été prépondérante dans la hiérarchie des fonds pour l'année écoulée, et notamment le positionnement rapide sur des secteurs attractifs et immunisés contre la crise économique, notamment toute la thématique entourant le stay at home. Au niveau obligataire, il fallait profiter de l'écartement des différentiels de taux en mars dernier et oser revenir rapidement sur des obligations d'entreprises ou sur certaines dettes souveraines (notamment les périphériques européennes). Les valeurs de croissance et la qualité ont dégagé des performances appréciables, notamment sur les nouvelles tendances dans la digitalisation de l'économie (livraison à domicile, éducation, etc.), de même que le positionnement sur des thématiques durables. Pour la première fois, le palmarès des Morningstar Awards compte d'ailleurs un fonds ayant reçu le label Towards Sustainability de Febelfin. Gageons qu'il s'agit du début d'une longue série. Axa B Equity Belgium remporte la catégorie du meilleur fonds investi en actions belges pour la quatrième année de suite. En dépit d'un changement de gestionnaire intervenu il y a deux ans, le fonds a conservé la même philosophie d'investissement qui lui a permis de se hisser au sommet de ce classement. Le produit d'Axa Investment Managers est le seul fonds "belge" à se voir attribuer cinq étoiles chez Morningstar, avec une performance annualisée supérieure à 9% durant la dernière décennie. Les actifs sous gestion dépassent désormais 100 millions d'euros en dépit d'une distribution commerciale principalement dirigée vers les produits de branche 23 du groupe Axa. Le but de Jérôme Antonini (gestionnaire du fonds) est de se positionner majoritairement sur des petites et moyennes capitalisations afin de proposer une exposition qui sera très largement différente de l'indice Bel 20. "Notre philosophie repose sur une conviction simple: dans la durée, la performance boursière d'une société est corrélée à sa performance économique. Nous cherchons donc à représenter des sociétés solides, bien positionnées, bien gérées, à même de capter des tendances de fond sur le long terme." Les 10 principales positions du fonds reflètent d'ailleurs largement cette originalité, avec des paris forts (54% des actifs sous gestion) et des positions très importantes (supérieures à 4% des actifs sous gestion) sur des moyennes capitalisations telles qu'Elia, D'Ieteren, Lotus, Fagron et Mithra. En outre, Axa B Equity Belgium a très bien traversé la crise de 2020, avec un impact faiblement négatif sur l'ensemble de l'exercice écoulé (-0,5%) qui a encore contribué à creuser l'écart de performance par rapport aux principaux concurrents. Jérôme Antonini pointe deux éléments qui ont été favorables à la performance du fonds. "D'une part, nous avons profité d'une faible représentation de certains secteurs cycliques qui ont été particulièrement affectés pendant la crise comme les banques ou les matières premières. D'autre part, nous avons bénéficié de la présence dans le portefeuille de sociétés qui ont remarquablement bien traversé la tempête en 2020 comme Sofina, Lotus Bakeries, Elia, Warehouse de Pauw, UCB ou ArgenX." Le fonds sera à ce titre un reflet assez saisissant du marché belge des moyennes capitalisations, avec une exposition sectorielle qui fait la part belle à la santé, à l'immobilier et aux holdings, trois segments qui représentent entre 50 et 70% des actifs sous gestion. Pour l'année 2021, Jérôme Antonini souligne que la sortie de la pandémie constituera un épisode central dans son scénario, avec "une probabilité élevée d'assister à une résolution de la crise, mais avec un timing très largement incertain". Sur le long terme, il souligne que le marché belge regorge de sociétés bien positionnées pour répondre à certains enjeux en termes de digitalisation, du vieillissement de la population ou de la transition énergétique. "Le fonds vise une approche patrimoniale pour nos clients. Nous cherchons à toujours détenir uniquement des entreprises qui ont une croissance visible et soutenable, et à éviter celles qui sont exposées à des risques externes difficiles à anticiper. Dans cette optique, nous ne sommes pas opposés au fait de payer une valorisation plus élevée que le marché, dans la mesure où cette prime se justifie par des perspectives de croissance plus rapides et soutenables." DNCA Invest SRI Europe Growth est un fonds géré par Carl Auffret depuis sa création en décembre 2012. Avec une progression de 12,2% durant l'année 2020, il a démontré la solidité de son processus d'investissement dans des conditions de marché particulièrement difficiles. Sur un horizon à long terme, la performance annualisée sur cinq ans tournait (à fin 2020) autour de 7,8%, avec une notation quatre étoiles accordée par Morningstar. La stratégie d'investissement se veut active, avec une attention portée sur les valeurs de croissance européennes, avec un biais vers les sociétés de très bonne qualité. "Le continent européen regroupe de nombreuses sociétés leaders dans leurs domaines qui ont su démontrer leur capacité à générer une croissance de leurs bénéfices au travers des différentes phases de la conjoncture économique", précise Carl Auffret. Le fonds visera ainsi une croissance organique du chiffre d'affaires supérieure à 5% par an. La répartition sectorielle et géographique est la conséquence directe de la sélection de titres par l'équipe de gestion, avec des profils qui sont également très diversifiés au niveau des capitalisations boursières. Dans le top 10 des principales positions, nous trouvons par exemple des titres comme AstraZeneca ou LVMH à côté de capitalisations moyennes comme Amplifon, Orpea ou Teleperformance. DNCA Invest SRI Europe Growth va également filtrer son univers afin de s'exposer sur les sociétés affichant les meilleures pratiques en termes de durabilité. Carl Auffret admet que son style de gestion a permis au fonds de réaliser une très bonne performance ces dernières années, avec notamment des expositions sur des thèmes de croissance de long terme comme le vieillissement de la population, la digitalisation des sociétés ou les énergies renouvelables. "La digitalisation d'une partie de l'économie, qui avait débuté il y a quelques années, a connu une extraordinaire accélération avec la pandémie et devrait se poursuivre encore dans les années à venir", estime-t-il. Le positionnement sur des sociétés avec des perspectives de croissance visibles pour les prochaines années limite également le risque d'une valorisation trop élevée au sein du portefeuille. "Récemment, la sur-pondération structurelle sur le secteur de la santé a impacté favorablement notre performance, de même que notre absence totale de secteurs faisant face à des incertitudes de long terme sur leur rentabilité, comme les banques, la production automobile, la grande distribution ou les médias." Carl Auffret est toutefois sorti de certaines lignes dont les perspectives bénéficiaires allaient se dégrader fortement, pour se renforcer sur certains noms dans le domaine de la santé comme Orpea, Biomérieux, Lonza, Galenica ou bien encore Safestore. "Nous avons conservé des positions sur des valeurs cycliques de grande qualité (LVMH, DSV, Sika, Straumann) qui ont profité du violent rebond de la deuxième partie de l'année." FF Global Focus Fund (noté cinq étoiles chez Morningstar) propose une exposition globale sur les marchés d'actions, avec une progression qui a été particulièrement régulière durant les cinq dernières années (performance annualisée de 10,3%). Et l'exercice 2020 a été une nouvelle démonstration de la solidité de la gestion le fonds géré depuis octobre 2010 par Amit Lodha, terminant l'année sur une hausse de 12,7%. "Notre stratégie part de l'idée que les marchés sous-estiment généralement l'aptitude de certaines entreprises à défendre leur capacité de fixation des prix sur le long terme", déclare-t-il. Le fonds aura donc un biais qualité évident, avec une attention qui sera apportée aux barrières à l'entrée d'un secteur, à la qualité de l'équipe de direction ou à un produit unique et différencié par rapport à la concurrence. "Ces sociétés se caractérisent par une croissance supérieure à la moyenne de leur secteur, avec des marges en progression, des flux de trésorerie robuste et un endettement relativement faible." En avril dernier, Amit Lodha a mis en place une stratégie pour diriger le portefeuille durant la pandémie, afin d'exposer celui-ci sur des groupes susceptibles de réaliser de bonnes performances durant les phases successives de la crise. Le gestionnaire a ainsi pris des positions sur des noms tels que 1Life Healthcare (digitalisation des soins de santé), Spotify (streaming musical), Unity Software et Nexon (jeux vidéos) ou Ocado (supermarché en ligne)."Même si les marchés boursiers semblent chers par rapport à leur moyenne de long terme, ils restent attractifs par rapport aux marchés obligataires, ajoute Amit Lodha. Dès lors, investir globalement sur les actions semble être une bonne manière de conserver la valeur du patrimoine. En outre, les perspectives pour la croissance bénéficiaire restent particulièrement solides pour les deux prochaines années." Dans ce contexte favorable, Amit Lodha souligne néanmoins plusieurs risques liés à une stratégie exposée globalement sur les Bourses: "A court terme, les campagnes de vaccination vont permettre un redressement des secteurs qui sont restés en retrait durant la pandémie, et les réserves financières accumulées vont probablement se déverser dans l'économie réelle". A moyen ou long terme, Amit Lodha ajoute toutefois que deux scénarios opposés (hyperinflation ou déflation) pourraient prévaloir et ceux-ci nécessiteront l'adoption de stratégies boursières radicalement différentes. "Le premier scénario, qui rappelle les années 1920, verrait une accélération économique qui profitera aux valeurs cycliques, dit-il, avec une hausse des taux d'intérêt qui posera un risque sur les valorisations particulièrement élevées de certains groupes technologiques. Le second ressemble plus à notre expérience récente au sortir de la grande crise financière, avec un monde marqué par une croissance faible et par une performance soutenue des valeurs de croissance. Vu le degré d'injection de liquidités orchestré par les banques centrales, nous pensons que le deuxième scénario est de moins en moins probable." Depuis le début de l'année 2021, FF Global Focus Fund est sur-pondéré sur le secteur des matières premières (mines d'or et de cuivre, producteurs d'acier) et sur le secteur de la consommation. BlueBay Investment Grade Euro Aggregate Bond Fund affiche une performance régulière et soutenue depuis plus de 10 ans sous la direction de Mark Dowding, qui officie également en tant que chief investment officer chez le gestionnaire britannique spécialisé dans les solutions obligataires et alternatives. L'homme est secondé depuis 2014 par Karpar Hense. "Notre stratégie d'investissement part de l'idée que les marchés financiers sont inefficients, déclare ce dernier, et qu'il est possible de dégager une sur-performance soutenue grâce à une gestion active des positions", explique Mark Dowding. Le fonds a dégagé une performance de 6,1% en 2020, soit au-dessus de la performance annualisée sur cinq ans (4,8%) et largement suffisant pour une notation cinq étoiles chez Morningstar. Durant le mois de mars 2020, Karpar Hense indique que la gestion du produit est passée en mode de crise, avec des réunions journalières pour évaluer la position du portefeuille. "Notre modèle propriétaire a passé son baptême du feu durant les jours de très forte volatilité, avec des niveaux de risque qui ont dépassé de quatre fois les hypothèses traditionnellement reprises dans nos worst-case scenarios. Nous avons ensuite eu l'audace de revenir rapidement dans le marché, ce qui nous a permis de profiter d'opportunités attractives." La philosophie d'investissement va emprunter de nombreuses idées à la gestion alternative, afin d'identifier les opportunités d'achat et de vente. "Nous mettons l'accent sur le caractère collaboratif de nos analyses et de nos décisions d'investissement, indique Mark Dowding, et notre héritage dans la gestion alternative met constamment la préservation du capital au centre de notre analyse." "A l'heure actuelle, ajoute-t-il, nous ne sommes pas vraiment inquiets du niveau des valorisations sur les marchés obligataires. La hausse des taux souverains pourrait impacter lourdement le sentiment sur les marchés durant les prochaines semaines. Nous restons toutefois convaincus que les grandes banques centrales ne resteront pas les bras croisés face à un resserrement des conditions financières, alors qu'elles essaient de stimuler leur demande intérieure." Dès lors, Mark Dowding pense que tout mouvement à la hausse sur les taux pourrait rapidement se corriger suite à l'action des banques centrales. Pour les prochains mois, la stratégie continue de privilégier une approche basée sur des taux souverains qui vont rester ancrés sur des niveaux extrêmement faibles, "en particulier au niveau européen où les mesures de soutien de la BCE resteront nécessaires". Dans ce contexte, les cours des obligations européennes vont rester artificiellement soutenus. "Nous avons inversement une position baissière sur la dette souveraine américaine, dans l'optique d'une accélération économique rapide durant la deuxième partie de 2021. A plus long terme, il faudra à un moment que la valorisation des marchés obligataires prenne en compte un arrêt éventuel du soutien massif des banques centrales." NN Patrimonial Balanced European Sustainable remporte pour la première fois la catégorie des fonds mixtes en euros, avec une progression de 8,06% durant l'exercice écoulé. Le fonds est géré dans une optique durable depuis décembre 2016, avec la même équipe de gestionnaires expérimentés et une philosophie de gestion inchangée. Jan Kvapil est chez NN IP depuis 2009, tandis que Siu-Kee Chan est membre de l'équipe de gestion mixte depuis sa création en 2007. "Notre philosophie d'investissement se base sur l'idée que les marchés financiers constituent un écosystème dans lequel nous devons être flexibles afin de survivre et profiter des opportunités qui se présentent, et ainsi créer de la valeur sur le long terme pour nos investisseurs", indique Siu-Kee Chan. Le fonds affiche une performance annualisée de 5,3% sur la dernière décennie, avec une notation cinq étoiles chez Morningstar. Jan Kvapil souligne que cette excellente performance sur le long terme doit être attribuée à la conjonction d'une bonne allocation stratégique entre les différentes classes d'actifs, et d'une bonne sélection de titres. "Avec le temps, l'analyse ISR est également devenue de plus en plus importante, par exemple pour sélectionner des entreprises avec des scores ESG (environnement, social, gouvernance) en amélioration, et qui auront tendance à dégager de meilleures performances financières." En 2020, face la crise en 2020, le fonds a pris un positionnement défensif sur les marchés boursiers au début du mois de mars, avant de repasser en position neutre dès la fin du même mois lorsque les marchés se sont stabilisés suite aux interventions massives des autorités monétaires et politiques. "Notre performance a ensuite été soutenue par notre positionnement sur des secteurs qui ont figuré parmi les premiers vainqueurs de l'épidémie et des mesures de confinement", avec par exemple des noms tels que HelloFresh (livraison de repas à domicile) ou Adyen (services de paiements en ligne). Siu-Kee Chan indique que le fonds reste actuellement surpondéré sur les marchés boursiers. "Nous conservons une approche constructive dans l'optique d'une campagne de vaccination au niveau global, avec des politiques monétaires et budgétaires qui vont continuer de soutenir l'activité économique." Sur la partie obligataire, l'année 2021 présente plus d'incertitudes avec des pressions inflationnistes qui pourraient faire leur retour et entraîner plus de volatilité sur les marchés obligataires. Pour l'année qui vient de commencer, Jan Kvapil souligne que de nombreux facteurs devront être observés de près, en particulier l'évolution des politiques monétaires et fiscales, ainsi que les campagnes de vaccination et l'impact de la réouverture des économies sur les résultats des entreprises. "L'année 2021 pourrait se décliner en deux parties, avec des actifs risqués qui seront supportés durant le premier semestre avec les espoirs liés au redressement des économies ; tandis que le second semestre pourrait être davantage volatil avec des interrogations croissantes quant à un arrêt des mesures de support."