Grâce à ces suppressions d'emploi visant à gommer les inefficiences dans les divisions soins de santé (équipement médical) et éclairage (led), Philips vise des économies de coûts annuelles de 300 millions d'euros à l'horizon 2014.

SI on y ajoute les mesures déjà annoncées par Frans van Houten, Chief executive officer de Philips depuis avril 2011, le conglomérat néerlandais vise des réductions de coûts annuelles de 1,1 milliard d'euros impliquant 6 700 suppressions d'emploi.

Philips s'est pour rappel déjà débarrassé de son activité télévisions déficitaire et examine les différents scénarios possibles pour sa division audio & vidéo (haut-parleurs, systèmes home cinéma, accessoires pour lecteurs numériques...).

Le conglomérat néerlandais a toutefois encore beaucoup d'efforts à faire avant de rivaliser avec Siemens ou General Electric en termes de croissance et de rentabilité, surtout dans les équipements médicaux.

Cédric Boitte

www.accioz.be