Cette contribution ne figure pas dans le protocole d'accord signé en octobre dernier entre l'Etat belge et GDF Suez. Elle viendrait donc s'ajouter aux 215 à 245 millions d'euros de taxes inscrits dans l'accord et destinés à corriger l'avantage que possèdent les producteurs nucléaires sur les autres producteurs. Le montant de la nouvelle contribution n'a pas encore été fixé, mais le mécanisme de calcul a déjà été mis sur pied, a ajouté le ministre de l'Energie. La contribution annuelle de 215 à 245 millions d'euros, reprise dans le protocole d'accord avec GDF Suez, est directement liée aux bénéfices réalisés par les producteurs nucléaires, a répondu M. Magnette à la Commission européenne qui s'interrogeait de savoir comment on était arrivé à ce montant. M. Magnette n'a toutefois pas précisé quel chemin a été suivi pour arriver à ces sommes.