Comme on pouvait s'y attendre, Nyrstar a clôturé l'année 2012 sur une perte s'élevant précisément à 95 millions d'euros, soit 0,57 euro par action. La stratégie de diversification du groupe a certes porté ses fruits avec une hausse de 79% de l'ebitda de l'activité minière à 129 millions mais cela n'a pas suffi à effacer le plongeon de 45% à 135 millions de l'ebitda des activités de raffinage.

Cette chute s'explique par une baisse des frais de traitement (raffinage des minerais en métal) de référence négociés annuellement avec les groupes miniers ainsi que par le repli de 11% du prix moyen du zinc en 2012.

À la suite de cette perte annuelle, Nyrstar a dévoilé un plan de restructuration dans le cadre duquel il vise des réductions de coûts de 50 millions d'euros par an d'ici 2014 moyennant la baisse de 15% à 20% de son volume d'emplois.

À court terme, le facteur prépondérant pour le groupe sera toutefois la finalisation des négociations concernant les frais de traitement de référence pour 2013 qui doivent aboutir d'ici la fin du mois.

Cédric Boitte

www.accioz.be