Sur 12 mois, Nyrstar a réalisé un ebitda de 265 millions EUR (+26% par rapport à 2010), soit 20 millions EUR de moins que ce qui était prévu par les analystes malgré que la progression de 24% du chiffre d'affaires ait agréablement surpris. La plus faible rentabilité que prévu est notamment imputable à la hausse de la production minière au quatrième trimestre en même temps que la chute du prix des métaux sur les marchés. Les résultats annuels confortent toutefois la stratégie de Nyrstar qui a d'ailleurs très légèrement relevé le montant de sa réduction de capital à 0,16 EUR par action. Dans son segment d'activité historique, le raffinage (transformation du minerai en métal), le groupe a réalisé un ebitda par tonne de 209 EUR contre un ebitda par tonne de 348 EUR pour le métal produit à partir de ses propres minerais. Ce dernier chiffre a de plus été affecté par les problèmes de lancement de certaines mines acquises ces dernières années.

Nyrstar table sur une hausse de plus de 50% de sa production de minerais en 2012 à entre 335 000 et 380 000 tonnes contre 215 000 tonnes l'année dernière. Le groupe devrait donc atteindre un auto-approvisionnement de plus de 25%, Nyrstar ayant produit le volume record de 1,34 million de tonnes de zinc et de plomb en 2011. Par ailleurs, la montée en puissance des mines devrait réduire le coût par tonne, ce qui améliorera la rentabilité des activités minières. Dans le raffinage, Nyrstar dépend évidemment de l'évolution du prix des métaux (essentiellement du zinc) assez imprévisible actuellement pour l'année entière. Cette incertitude à court terme est toutefois plus que compensée par l'évolution stratégique de Nyrstar que nous recommandons toujours à l'achat.

Cédric Boitte

Sur 12 mois, Nyrstar a réalisé un ebitda de 265 millions EUR (+26% par rapport à 2010), soit 20 millions EUR de moins que ce qui était prévu par les analystes malgré que la progression de 24% du chiffre d'affaires ait agréablement surpris. La plus faible rentabilité que prévu est notamment imputable à la hausse de la production minière au quatrième trimestre en même temps que la chute du prix des métaux sur les marchés. Les résultats annuels confortent toutefois la stratégie de Nyrstar qui a d'ailleurs très légèrement relevé le montant de sa réduction de capital à 0,16 EUR par action. Dans son segment d'activité historique, le raffinage (transformation du minerai en métal), le groupe a réalisé un ebitda par tonne de 209 EUR contre un ebitda par tonne de 348 EUR pour le métal produit à partir de ses propres minerais. Ce dernier chiffre a de plus été affecté par les problèmes de lancement de certaines mines acquises ces dernières années.Nyrstar table sur une hausse de plus de 50% de sa production de minerais en 2012 à entre 335 000 et 380 000 tonnes contre 215 000 tonnes l'année dernière. Le groupe devrait donc atteindre un auto-approvisionnement de plus de 25%, Nyrstar ayant produit le volume record de 1,34 million de tonnes de zinc et de plomb en 2011. Par ailleurs, la montée en puissance des mines devrait réduire le coût par tonne, ce qui améliorera la rentabilité des activités minières. Dans le raffinage, Nyrstar dépend évidemment de l'évolution du prix des métaux (essentiellement du zinc) assez imprévisible actuellement pour l'année entière. Cette incertitude à court terme est toutefois plus que compensée par l'évolution stratégique de Nyrstar que nous recommandons toujours à l'achat.Cédric Boitte