"Le ministre laisse les travailleurs d'Opel dans l'incertitude", a commenté le président du conseil d'entreprise, Klaus Franz. M. Franz trouve gênant et incompréhensible que le gouvernement allemand, contrairement à d'autres Etats européens qui comptent des sites d'Opel, n'ait pas accordé d'aide d'Etat. Selon lui, la maison-mère américaine GM n'est pas encore sortie de la crise.