"Nous comprenons pleinement l'impact que cette annonce aura sur nos employés à Anvers, et sur leurs familles, et nous sommes de tout coeur avec eux", a indiqué jeudi Nick Reilly, CEO d'Opel, dans un communiqué diffusé juste avant la tenue d'une conférence de presse, à Bruxelles. "La décision n'a pas été prise à la légère. C'est malheureusement le résultat de la réalité économique actuelle. Nous devons faire cette annonce aujourd'hui afin d'assurer un avenir viable pour les activités d'Opel et de Vauxhall dans leur totalité", a-t-il ajouté. La direction du constructeur explique cette décision par sa surcapacité de production, dans un marché automobile européen en pleine dépression. "Afin d'assurer sa survie, Opel doit réduire sa capacité de production d'environ 20 pc", souligne l'entreprise. Présente à Anvers depuis plus de 80 ans, l'usine Opel emploie actuellement plus de 2.600 personnes.

Plus d'infos ici

"Nous comprenons pleinement l'impact que cette annonce aura sur nos employés à Anvers, et sur leurs familles, et nous sommes de tout coeur avec eux", a indiqué jeudi Nick Reilly, CEO d'Opel, dans un communiqué diffusé juste avant la tenue d'une conférence de presse, à Bruxelles. "La décision n'a pas été prise à la légère. C'est malheureusement le résultat de la réalité économique actuelle. Nous devons faire cette annonce aujourd'hui afin d'assurer un avenir viable pour les activités d'Opel et de Vauxhall dans leur totalité", a-t-il ajouté. La direction du constructeur explique cette décision par sa surcapacité de production, dans un marché automobile européen en pleine dépression. "Afin d'assurer sa survie, Opel doit réduire sa capacité de production d'environ 20 pc", souligne l'entreprise. Présente à Anvers depuis plus de 80 ans, l'usine Opel emploie actuellement plus de 2.600 personnes.Plus d'infos ici