Cette après-midi, les investisseurs resteront attentifs aux indicateurs macro-économiques avec notamment la publication de la confiance des ménages américains et de l'indice Case-Shiller des prix de l'immobilier aux États-Unis.

Europe : Telecom Italia - Telefonica

Sur les marchés d'actions, le secteur des télécoms était de nouveau en ébullition. Telecom Italia progressait ainsi après que Telefonica a accepté de débourser 324 millions d'euros pour augmenter de 46% à 66% sa participation dans Telco qui contrôle 22,4% de Telecom Italia. Cela pourrait marquer le début d'un rapprochement entre les deux opérateurs sud-européens. Telefonica souhaite toutefois que l'opérateur italien engage la cession de ses activités brésiliennes avant d'envisager tout renforcement de son capital, Telecom Italia souffrant d'une très importante dette.

Europe : Fiat - Carmat

Toujours sur la Bourse de Milan, Fiat évoluait sans tendance après que Chrysler a introduit une demande en vue d'une introduction en Bourse. UAW souhaiterait céder tout ou partie de sa participation de 41,5% en Bourse étant donné qu'il juge l'offre de Fiat, qui détient déjà le solde de 58,5% de Chrysler, trop faible.

À Paris, la petite société Carmat évoluait en forte hausse après avoir reçu l'autorisation des autorités françaises d'implanter son coeur artificiel sur 4 patients.

Bruxelles : Delhaize - Bekaert

À Bruxelles, Delhaize se distinguait sans nouvelle particulière au sein du Bel20 alors que Bekaert poursuivait sa glissade des derniers jours, le titre n'ayant de nouveau aps réussi à franchir le cap des 30 euros.

Bruxelles : KBC- Eckert-Ziegler

KBC était en légère baisse après l'annonce de la vente de sa petite division allemande KBC Deutschland, ce qui renforcera ses propres d'environ 100 millions.

Hors indice, Eckert-Ziegler poursuivait son redressement après sa chute printanière.

États-Unis : tendance

Les marchés américains ont clôturé en baisse ce lundi sur fond de succession de discours des membres de la Fed et à l'approche du plafond de la dette des États-Unis qui placerait la première économie mondiale en situation de faillite en cas de non relèvement par le Congrès d'ici la mi-octobre. À noter que Apple s'est distingué grâce à des ventes meilleurs que prévu lors du lancement de ses deux derniers modèles de smartphone.

Cédric Boitte