Dans son rapport sur les perspectives énergétiques mondiales, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) s'attend à ce que la demande de pétrole (hors biocarburants) atteigne quelque 99 millions de barils par jour (mbj) en 2035, soit 15 mbj de plus qu'en 2009. Cette hausse provient entièrement des pays non membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui réunit les Etats les plus riches et dont l'AIE est le bras énergétique. Et près de la moitié de la progression est due uniquement à la Chine, essentiellement en raison de ses besoins en carburants pour les transports, souligne l'agence dont le siège est à Paris. Au sein de l'OCDE, la demande chuterait même de plus de 6 mbj sur cette période. Quant à la production totale de pétrole (y compris non conventionnel et le gaz naturel liquéfié), elle atteindrait 96 mbj en 2035, mais des gains dans le processus de transformation permettraient de satisfaire la demande. L'agence s'attend à une forte volatilité du prix du pétrole à court terme, mais prévoit un rebond sur la longue période, le baril pouvant atteindre 113 dollars en 2035, contre plus de 87 dollars aujourd'hui.