Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en août a terminé à 95,41 dollars, en hausse de 1,24 dollar par rapport à la veille.
En baisse en matinée, les cours sont partis en nette hausse à la publication des statistiques hebdomadaires sur l'évolution des stocks pétroliers aux Etats-Unis.

Ces chiffres sont ressortis "raisonnablement positifs: les stocks de brut ont baissé de manière marquée et la demande d'essence n'était pas mauvaise. C'est pour cela qu'on voit les prix progresser", a commenté Matt Smith, de Summit Energy.

Les stocks de brut ont reculé de 1,7 million de barils la semaine dernière, soit deux fois plus qu'anticipé par les analystes, après avoir chuté de plus de huit millions de barils sur les deux semaines précédentes.

Les réserves d'essence ont également diminué (-500.000 barils), alors qu'une augmentation était attendue et que les raffineries ont accéléré leurs cadences. La demande en carburants s'affiche en hausse de 0,9% par rapport à l'an dernier à la même époque.

La situation des stocks et des réserves d'essence est très suivie au moment où les Etats-Unis abordent la période estivale, marquée par un pic de la consommation de carburants en raison des grands déplacements des vacanciers.

Selon Matt Smith, les cours ont aussi été soutenus par la décision de la banque centrale américaine de "maintenir son soutien monétaire à l'économie".

Avec Belga

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en août a terminé à 95,41 dollars, en hausse de 1,24 dollar par rapport à la veille. En baisse en matinée, les cours sont partis en nette hausse à la publication des statistiques hebdomadaires sur l'évolution des stocks pétroliers aux Etats-Unis. Ces chiffres sont ressortis "raisonnablement positifs: les stocks de brut ont baissé de manière marquée et la demande d'essence n'était pas mauvaise. C'est pour cela qu'on voit les prix progresser", a commenté Matt Smith, de Summit Energy. Les stocks de brut ont reculé de 1,7 million de barils la semaine dernière, soit deux fois plus qu'anticipé par les analystes, après avoir chuté de plus de huit millions de barils sur les deux semaines précédentes. Les réserves d'essence ont également diminué (-500.000 barils), alors qu'une augmentation était attendue et que les raffineries ont accéléré leurs cadences. La demande en carburants s'affiche en hausse de 0,9% par rapport à l'an dernier à la même époque. La situation des stocks et des réserves d'essence est très suivie au moment où les Etats-Unis abordent la période estivale, marquée par un pic de la consommation de carburants en raison des grands déplacements des vacanciers. Selon Matt Smith, les cours ont aussi été soutenus par la décision de la banque centrale américaine de "maintenir son soutien monétaire à l'économie". Avec Belga