Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en mars, dont c'était le premier jour en tant que contrat de référence, a terminé à 76,08 dollars, en baisse de 1,66 dollar par rapport à la clôture de mercredi. Il avait déjà abandonné 1,40 dollar la veille. Le rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie publié en fin de matinée a accéléré la baisse du cours du baril. La diminution surprise des réserves de brut, de 400.000 barils, et celle plus importante des réserves de distillats, de 3,3 millions de barils, n'ont pas impressionné un marché qui s'inquiète d'un déséquilibre entre l'offre et la demande. Les stocks d'essence ont affiché une impressionnante augmentation de 3,9 millions de barils, et au final les réserves de produits pétroliers n'ont reculé que de 1,2 millions de barils aux Etats-Unis.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en mars, dont c'était le premier jour en tant que contrat de référence, a terminé à 76,08 dollars, en baisse de 1,66 dollar par rapport à la clôture de mercredi. Il avait déjà abandonné 1,40 dollar la veille. Le rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie publié en fin de matinée a accéléré la baisse du cours du baril. La diminution surprise des réserves de brut, de 400.000 barils, et celle plus importante des réserves de distillats, de 3,3 millions de barils, n'ont pas impressionné un marché qui s'inquiète d'un déséquilibre entre l'offre et la demande. Les stocks d'essence ont affiché une impressionnante augmentation de 3,9 millions de barils, et au final les réserves de produits pétroliers n'ont reculé que de 1,2 millions de barils aux Etats-Unis.