Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin a terminé à 76,80 dollars, en hausse de 1,69 dollar par rapport à vendredi. Sur l'ensemble de la semaine dernière, la crainte de voir la Grèce, incapable de rembourser ses dettes, s'enfoncer dans la crise, et que d'autres pays de la zone euro connaissent les mêmes difficultés avait fait plonger le prix du baril de brut de onze dollars, soit presque 13% à New York. Dans la nuit de dimanche à lundi, les pays de l'UE se sont mis d'accord à l'arraché sur la mise en place d'un plan de secours historique allant jusqu'à 750 milliards d'euros pour aider les pays de la zone euro, si nécessaire, et endiguer une crise financière qui menace de gagner toute la planète. Cette enveloppe sans précédent dans l'histoire récente pour un programme de soutien financier, inclut des prêts et garanties des pays de la zone euro, ainsi que des prêts du Fonds monétaire international.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin a terminé à 76,80 dollars, en hausse de 1,69 dollar par rapport à vendredi. Sur l'ensemble de la semaine dernière, la crainte de voir la Grèce, incapable de rembourser ses dettes, s'enfoncer dans la crise, et que d'autres pays de la zone euro connaissent les mêmes difficultés avait fait plonger le prix du baril de brut de onze dollars, soit presque 13% à New York. Dans la nuit de dimanche à lundi, les pays de l'UE se sont mis d'accord à l'arraché sur la mise en place d'un plan de secours historique allant jusqu'à 750 milliards d'euros pour aider les pays de la zone euro, si nécessaire, et endiguer une crise financière qui menace de gagner toute la planète. Cette enveloppe sans précédent dans l'histoire récente pour un programme de soutien financier, inclut des prêts et garanties des pays de la zone euro, ainsi que des prêts du Fonds monétaire international.