Dans les échanges matinaux, le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet perdait 31 cents à 74,30 dollars, tandis que le Brent de la mer du Nord, à échéance identique, cédait 16 cents à 75,25 dollars. En attendant ces statistiques mensuelles, toujours très suivies, deux indicateurs mitigés sur le marché de l'emploi américain ont été publiés jeudi. Le nombre de nouveaux chômeurs dans le pays a baissé pour la deuxième semaine de suite, et légèrement plus que prévu, à 453.000. De son côté, le cabinet ADP a estimé que le secteur privé avait connu en mai son quatrième mois consécutif de création nette d'emplois (+55.000). C'est malgré tout un peu moins qu'attendu par les économistes. Les prix du pétrole avaient fini en nette hausse jeudi soir à New York, soutenus par la diminution des stocks d'essence et de brut aux Etats-Unis la semaine passée.

Dans les échanges matinaux, le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet perdait 31 cents à 74,30 dollars, tandis que le Brent de la mer du Nord, à échéance identique, cédait 16 cents à 75,25 dollars. En attendant ces statistiques mensuelles, toujours très suivies, deux indicateurs mitigés sur le marché de l'emploi américain ont été publiés jeudi. Le nombre de nouveaux chômeurs dans le pays a baissé pour la deuxième semaine de suite, et légèrement plus que prévu, à 453.000. De son côté, le cabinet ADP a estimé que le secteur privé avait connu en mai son quatrième mois consécutif de création nette d'emplois (+55.000). C'est malgré tout un peu moins qu'attendu par les économistes. Les prix du pétrole avaient fini en nette hausse jeudi soir à New York, soutenus par la diminution des stocks d'essence et de brut aux Etats-Unis la semaine passée.