La semaine dernière nous avons déjà évoqué ce fleuron de l'industrie automobile française mais en soulignant qu'un des points faible du groupe est sa forte concentration sur le marché européen avec 60% de ses ventes. Or, l'Europe traverse une crise sans précédent ce qui se ressent bien entendu sur les chiffres de la marque au lion.

Fort de ce constat et le premier constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën, a pris le parti de renforcer son offensive vers les pays émergents avec des nouveaux modèles spécialement pensés pour séduire la classe moyenne.

La marque Peugeot a été la première à dévoiler fin mai la 301, destinée à devenir " un des véhicules les plus importants en volumes de ventes dans le monde ". Citroën suit ce mercredi avec la nouvelle C-Elysée, milieu de gamme et la haut de gamme C4L.

Ces trois berlines présentent des caractéristiques communes: un coffre apparent, une place importante réservée aux passagers à l'arrière, un grand coffre, une adaptation à des climats et des qualités de route divers et des équipements de confort comme la climatisation ou un auto-radio MP3.

Les trois nouvelles voitures ont été spécialement pensées pour les marchés émergents. Elles " correspondent à la stratégie d'internationalisation de Citroën ", explique le directeur général de la marque Frédéric Banzet.

Les deux seront fabriquées dans l'usine de Vigo, en Espagne et lancées fin 2012 dans des pays comme la Turquie. Peugeot vise 54.000 unités en 2013 puis 125.000 l'année suivante quand sa voiture sera aussi vendue en Chine. Dans les deux à trois années qui suivront, elle espère en faire un de ses véhicules les plus importants en volume.

Citroën table sur 30.000 unités par an, puis plus de 100.000 avec la Chine pour la C-Elysée.

La C4L, version tricorps de la nouvelle C4, sera produite en Chine, à Wuhan (centre) à 80.000 exemplaires par an et à 40.000 en Russie, à Kalouga (ouest), les deux pays où elle sera commercialisée.

Karine Huet