Sur les marchés obligataires européens, les rendements souverains sont revenus à leur plus bas niveau. Une chute des taux qui a emporté avec elle l'espoir de conditions plus favorables pour les produits d'épargne classiques. Comme de plus en plus d'épargnants, vous vous dites peut-être qu'il est temps d'investir (davantage). Les fonds de placement présentent de nombreux atouts. Pas besoin d'être un expert de la Bourse: faible mise de départ, large diversification, simplicité à l'achat et à la vente... Ce produit d'investissement séduit tant les investisseurs débutants que les grandes fortunes, nombre de banque privées gérant les capitaux de leur clientèle par le biais de fonds.

Les fonds mixtes, simples...

William del Marmol" Les fonds mondiaux donnent priorité à une ligne stratégique à long terme. " © PG

Quand on décide d'investir dans les fonds, l'étape la plus compliquée est de choisir. Morningstar recense près de 24.000 fonds sur le marché belge, gérés tantôt par de grandes banques, tantôt par des gestionnaires spécialisés. Certains sont hyper spécialisés, n'investissant, par exemple, que dans les actions de sociétés biotechnologiques ou les obligations en devises de pays émergents alors que d'autres sont très diversifiés. Les fonds mixtes sont les préférés des Belges, selon les données de la fédération du secteur financier Febelfin. Ces fonds investissent dans différents types d'actifs comme les actions et obligations. Beaucoup sont même profilés, c'est-à-dire qu'ils seront adaptés soit à un investisseur prudent (davantage d'obligations, moins risquées), neutre (répartition égale) ou dynamique (davantage d'actions).

... mais pas très rentables

Pour William del Marmol, administrateur et conseiller financier chez DDEL Portfolio Solution, un fonds mixte ne constitue toutefois pas la panacée. Les fonds mixtes profilés présentent " peu de transparence sur l'allocation réelle et, en cas de besoin de liquidités lors d'une crise boursière, l'investisseur est forcé de prendre sa perte au niveau des actions ".

Par ailleurs, de nombreux fonds mixtes sont organisés comme des fonds de fonds, ce qui pénalise leur rendement par un second niveau de frais. L'expérience montre ainsi que peu de ces fonds mixtes répondent aux attentes. Dans certaines catégories, le meilleur fonds ne parvient même pas à atteindre le rendement de son indice de référence, une performance de base que vous pouvez désormais atteindre grâce à la gestion passive ( lire l'encadré " Faut-il se précipiter sur les fonds indiciels ? ").

William del Marmol préconise d'investir dans des fonds pleinement investis dans un seul type d'actifs. Par exemple en répartissant son investissement entre un fonds en actions et un autre en obligations. Reste à choisir lesquels.

Le monde est à vous

Le rendement est évidemment un critère crucial, mais il ne faut pas perdre de vue les autres facteurs. William del Marmol conseille ainsi " les fonds mondiaux qui donnent priorité à une ligne stratégique à long terme et non à des choix tactiques à court terme ". Durant les bonnes périodes pour les Bourses européennes, investir mondialement peut peser sur votre rendement, mais en investissant dans toutes les régions du globe, vous profitez de la croissance économique mondiale et évitez les crises régionales comme celle qui a secoué certains pays émergents en 2017-2018 ou la crise des dettes souveraines de la zone euro en 2010-2012.

Toujours dans la même optique de stabiliser votre rendement à long terme, " privilégiez un haut niveau de diversification, géographique, sectorielle et monétaire " ajoute le conseiller financier de DDEL Portfolio Solution.

Attentions aux frais !

Pour optimiser votre rendement, vous devez aussi être attentifs à deux éléments clés : la performance du gestionnaire et les frais. Ces derniers peuvent être de plusieurs ordres : droits d'entrée et de sortie, frais de gestion et frais inhérents au fonds. Ces derniers sont les frais de conservation de titres et de transaction. Ils peuvent vous donner une idée sur le style de gestion. S'ils sont élevés, c'est probablement que le gérant effectue beaucoup de transactions, ce qui est plutôt défavorable en termes de performances, selon les études.

Concernant les frais de gestion, il est difficile de fixer une limite. Il est toutefois important de les mettre en parallèle avec les performances de l'équipe de gestion. " Les performances à long terme ", souligne William del Marmol. Une étude du Brandes Institute a démontré l'importance de ne pas s'arrêter sur une mauvaise année. Ayant analysé les performances de 591 fonds américains, il a constaté que les 59 meilleurs ont enregistré une performance annuelle moyenne de 10,93% contre 8,42% pour l'indice de référence et une médiane de 7,70%. Au cours de leur pire année, ces 59 meilleurs fonds ont toutefois enregistré une sous-performance allant de 6,49% à 44,09%. En d'autres termes, ils ont pris des risques et/ou ont maintenu une stratégie gagnante à long terme malgré une évolution temporairement décevante des marchés.

Prendre le temps d'effectuer quelques recherches

Actuellement, William del Marmol vous invite à vous intéresser aux performances sur une période de plus de 10 ans. Wall Street progressant de façon quasiment ininterrompue depuis 2009, un graphique des 10 dernières années pourrait être trompeur et ne vous apprendrait rien sur le comportement du fonds en période difficile.

Assez logiquement, le conseiller financier se montre méfiant vis-à-vis des " fonds du mois ", construits à la chaîne, et des nouveaux fonds dans l'ensemble. Outre l'absence d'historique des performances vous permettant de juger de la qualité de la gestion, vous pourriez " devoir supporter des coûts plus élevés au lancement ".

Le principal conseil est de ne pas vous contenter des recommandations de votre banquier, qui pourrait être tenté de favoriser les fonds maison, et de prendre le temps d'effectuer quelques recherches. Le site Morningstar.be regorge d'informations sur tous les fonds, comme les historiques de performances, l'équipe de gestion, le portefeuille, etc. Investir de l'argent longuement épargné vaut bien la peine d'y consacrer quelques heures.

Fonds durables

Si l'approche de gestion durable vous intéresse, vous pourrez également vérifier ce qu'implique cette appellation " durable " dans le cas du fonds qui vous intéresse. Les critères sont en effet très disparates, même après la création du label de Febelfin qui doit être mis en place cet automne. Morningstar attribue à chaque fonds une note de durabilité basée sur les critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance.

Faut-il se précipiter sur les fonds indiciels ?

La gestion passive a de plus en plus la cote, surtout aux Etats-Unis. Tant les particuliers que les professionnels plébiscitent ce type de gestion basée sur les indices. Ce succès est dû avant tout à la constatation que la grande majorité des fonds classiques ne parviennent pas à atteindre un rendement au moins égal aux indices de référence. En plus, en se contentant de dupliquer un indiciel, les fonds indiciels présentent des frais réduits (de 0,2% à 0,4% par an). Ils ont donc tout pour plaire et ont même convaincu des banquiers privés, comme TreeTop. Cette société de gestion propose ainsi à tous ses clients un fond indiciel sur les Bourses mondiales. En même temps, elle offre aussi plusieurs fonds gérés activement par des équipes prenant de réels risques de gestion. L'objectif est de sortir des sentiers battus, de prendre des paris sur les tendances de demain afin de compléter le fonds indiciel et non pas de le concurrencer avec un portefeuille largement semblable à l'indice de référence.