La "banque wallonne" a été mise en place pour booster l'économie wallonne. Les contribuables pouvaient souscrire, jusqu'au 12 juin, des obligations nominatives pour un montant minimal de 500 euros et une durée de 10 ans au taux d'intérêt garanti de 4,6 pc. Les personnes physiques domiciliées en Wallonie pouvaient bénéficier d'un avantage fiscal sous forme d'une réduction d'impôt plafonnée à 310 euros sur 4 ans pour un investissement de 2.500 euros. Précompte mobilier déduit, le rendement net atteint dans ce cas 5,31 pc. Le produit était disponible auprès des banques Dexia, Fortis et Crédit Agricole.

L'objectif de cet appel public à l'épargne était de recueillir entre 75 et 150 millions d'euros. Finalement, ce sont 12.101 personnes physiques et 20 personnes morales qui ont répondu à l'appel, pour un montant de 81.657.000 euros, dont 69 millions émanant de personnes physiques. Cette première opération wallonne est un succès, se réjouit le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt. L'argent récolté sera affecté au développement économique et investi plus particulièrement dans les PME. Cette phase est en cours de réalisation. La réédition du concept dépendra de la volonté de la prochaine coalition wallonne.