Le gestionnaire de fortune luxembourgeois, qui a été lui-même
financièrement pénalisé (percevant une commission pour la gestion du portefeuille de ses clients), a proposé à sa clientèle des CDO, des obligations adossées à des créances douteuses, sur base d'informations communiquées par la KBC et KBL, et selon lesquelles les obligations proposées étaient sécurisantes.

Selon l'Echo, la KBL a proposé une indemnisation d'un montant d'un million d'euros, qui a été refusé par le gestionnaire de fortune
luxembourgeois. Dans un courrier de mai 2009, KBL laisse entendre que les décisions d'investissement des clients du gestionnaire de fortune ont été prises à l'initiative de ce dernier et qu'elle n'est intervenue que comme simple exécutant.

Le gestionnaire de fortune luxembourgeois, qui a été lui-même financièrement pénalisé (percevant une commission pour la gestion du portefeuille de ses clients), a proposé à sa clientèle des CDO, des obligations adossées à des créances douteuses, sur base d'informations communiquées par la KBC et KBL, et selon lesquelles les obligations proposées étaient sécurisantes. Selon l'Echo, la KBL a proposé une indemnisation d'un montant d'un million d'euros, qui a été refusé par le gestionnaire de fortune luxembourgeois. Dans un courrier de mai 2009, KBL laisse entendre que les décisions d'investissement des clients du gestionnaire de fortune ont été prises à l'initiative de ce dernier et qu'elle n'est intervenue que comme simple exécutant.