Du côté des actions, le spécialiste des croisières Carnival progressait à Londres après que Bank of America ait placé l'action sur sa liste d'actions européennes à l'achat.

En même temps, en Allemagne, le groupe HeidelbergCement évoluait à la hausse après avoir procédé à une augmentation de capital de plus de 2 milliards EUR afin de réduire ses dettes. Il s'agit de la plus importante transaction de ce type en Allemagne en cinq ans, signalant que les entreprises se sentent à nouveau suffisamment confiantes pour faire appel au marché.

A Bruxelles, le groupe Umicore caracolait en tête du Bel20. Le secteur des matériaux industriels dans son ensemble est soutenu par un regain d'optimisme sur le potentiel de reprise économique, notamment en Asie.

Hors Bel20, IBA s'appréciait après avoir annoncé un accord de collaboration avec le groupe Aposense concernant la commercialisation d'une sonde moléculaire.

Au rang des actions en baisse, l'action AB Inbev souffrait de l'annonce selon laquelle ses actionnaires majoritaires avaient légèrement réduit leur participation dans le brasseur.

A noter également, le repli de l'action Colruyt. Les opérateurs ont tendance à délaisser les actions considérées comme défensives dans un climat optimiste.

Les marchés américains ont terminé hier en légère baisse. Les opérateurs étaient animés par de nouvelles craintes concernant la valorisation des actions par rapport aux perspectives de reprise des bénéfices d'entreprises et de l'économie en général.

Le dollar repartait à la baisse vis-à-vis de l'EUR pour atteindre son plus bas niveau en un an. Un regain d'optimisme concernant la reprise attirait les investisseurs hors de la valeur refuge. L'euro gagnait ainsi 0,79% pour atteindre 1,47 USD.

Du côté des actions, le spécialiste des croisières Carnival progressait à Londres après que Bank of America ait placé l'action sur sa liste d'actions européennes à l'achat. En même temps, en Allemagne, le groupe HeidelbergCement évoluait à la hausse après avoir procédé à une augmentation de capital de plus de 2 milliards EUR afin de réduire ses dettes. Il s'agit de la plus importante transaction de ce type en Allemagne en cinq ans, signalant que les entreprises se sentent à nouveau suffisamment confiantes pour faire appel au marché.A Bruxelles, le groupe Umicore caracolait en tête du Bel20. Le secteur des matériaux industriels dans son ensemble est soutenu par un regain d'optimisme sur le potentiel de reprise économique, notamment en Asie.Hors Bel20, IBA s'appréciait après avoir annoncé un accord de collaboration avec le groupe Aposense concernant la commercialisation d'une sonde moléculaire.Au rang des actions en baisse, l'action AB Inbev souffrait de l'annonce selon laquelle ses actionnaires majoritaires avaient légèrement réduit leur participation dans le brasseur.A noter également, le repli de l'action Colruyt. Les opérateurs ont tendance à délaisser les actions considérées comme défensives dans un climat optimiste.Les marchés américains ont terminé hier en légère baisse. Les opérateurs étaient animés par de nouvelles craintes concernant la valorisation des actions par rapport aux perspectives de reprise des bénéfices d'entreprises et de l'économie en général.Le dollar repartait à la baisse vis-à-vis de l'EUR pour atteindre son plus bas niveau en un an. Un regain d'optimisme concernant la reprise attirait les investisseurs hors de la valeur refuge. L'euro gagnait ainsi 0,79% pour atteindre 1,47 USD.