Du côté des actions, les entreprises publiant leurs résultats étaient à nouveau au centre de toutes les attentions.

Royal Dutch Shell a ainsi rapporté un recul de 62% de ses revenus du troisième trimestre sur base annuelle et ne s'attend pas à une amélioration de ses chiffres au quatrième trimestre suite à une demande toujours déprimée.

Toujours dans le secteur de l'énergie, Eni accusait la plus forte baisse de la Bourse de Milan, sanctionné après la publication de trimestriels en forte baisse, sous l'effet d'une chute des cours mais aussi d'une production en retrait. Au troisième trimestre, le bénéfice net du groupe pétrolier italien a chuté de 60% à 1,15 milliard d'euros.

A Bruxelles, les financières reprenaient du poil de la bête dans la matinée après leur forte chute de la veille. La remontée de KBC était particulièrement spectaculaire. Il faut dire que le groupe a tenu à rassurer les investisseurs quant à pérennité de son modèle de banque-assurance et en affirmant qu'aucune levée de capital n'était à l'ordre du jour.

Hors du Bel 20, c'est bien entendu KBC Ancora qui inscrivait la plus forte hausse, suivi de Devgen et Thrombogenics qui avaient fortement souffert de prises de bénéfices hier.

Dans l'indice Bel 20, les valeurs défensives étaient en bas de classement après leur relative bonne tenue de la veille. Belgacom enregistrait la plus forte baisse.

Hors du Bel 20, Option faisait l'objet de toutes les attentions alors que son cours a été suspendu dans les premiers échanges en attendant l'annonce de sa prochaine augmentation de capital de 20 millions d'euros. Une fois le groupe à nouveau coté vers 11h le titre a perdu 20% avant de doucement se reprendre en toute fin de matinée.

Hier soir, la Bourse de New York a fini en nette baisse, un indicateur décevant sur le front de l'immobilier aux Etats-Unis semant le doute quant à la solidité de la reprise: le Dow Jones a perdu 1,21% et le Nasdaq 2,67%.

Sur le marché des changes ce jeudi matin, l'euro, en forte baisse depuis lundi, remontait face au billet vert, après des indicateurs rassurants en Europe, sur un marché toutefois prudent dans l'expectative de la publication du Produit intérieur brut américain (PIB) du troisième trimestre.

Du côté des actions, les entreprises publiant leurs résultats étaient à nouveau au centre de toutes les attentions. Royal Dutch Shell a ainsi rapporté un recul de 62% de ses revenus du troisième trimestre sur base annuelle et ne s'attend pas à une amélioration de ses chiffres au quatrième trimestre suite à une demande toujours déprimée. Toujours dans le secteur de l'énergie, Eni accusait la plus forte baisse de la Bourse de Milan, sanctionné après la publication de trimestriels en forte baisse, sous l'effet d'une chute des cours mais aussi d'une production en retrait. Au troisième trimestre, le bénéfice net du groupe pétrolier italien a chuté de 60% à 1,15 milliard d'euros. A Bruxelles, les financières reprenaient du poil de la bête dans la matinée après leur forte chute de la veille. La remontée de KBC était particulièrement spectaculaire. Il faut dire que le groupe a tenu à rassurer les investisseurs quant à pérennité de son modèle de banque-assurance et en affirmant qu'aucune levée de capital n'était à l'ordre du jour. Hors du Bel 20, c'est bien entendu KBC Ancora qui inscrivait la plus forte hausse, suivi de Devgen et Thrombogenics qui avaient fortement souffert de prises de bénéfices hier. Dans l'indice Bel 20, les valeurs défensives étaient en bas de classement après leur relative bonne tenue de la veille. Belgacom enregistrait la plus forte baisse. Hors du Bel 20, Option faisait l'objet de toutes les attentions alors que son cours a été suspendu dans les premiers échanges en attendant l'annonce de sa prochaine augmentation de capital de 20 millions d'euros. Une fois le groupe à nouveau coté vers 11h le titre a perdu 20% avant de doucement se reprendre en toute fin de matinée. Hier soir, la Bourse de New York a fini en nette baisse, un indicateur décevant sur le front de l'immobilier aux Etats-Unis semant le doute quant à la solidité de la reprise: le Dow Jones a perdu 1,21% et le Nasdaq 2,67%. Sur le marché des changes ce jeudi matin, l'euro, en forte baisse depuis lundi, remontait face au billet vert, après des indicateurs rassurants en Europe, sur un marché toutefois prudent dans l'expectative de la publication du Produit intérieur brut américain (PIB) du troisième trimestre.