Les marchés semblent vouloir terminer la semaine sur une note négative. Il est vrai que les propos de l'OCDE, qui table sur une décroissance de l'économie mondiale en 2009, n'ont pas rassuré les marchés. Ces propos viennent confirmer ceux du FMI. Les pertes restaient toutefois limitées à moins de 1%, sauf pour le CAC40, qui souffraient des replis assez nets de BNP Paribas et Axa.

Au rayon des entreprises, en Belgique, Sioen chutaient de 5% en fin de matinée après avoir publié ses résultats pour l'exercice 2008. Le chiffre d'affaires annuel a chuté de 8% et le bénéfice d'exploitation de près de 50%. Pour cette année, le groupe s'est abstenu de toute prévision.

En Allemagne, on soulignera surtout les licenciements annoncés ThyssenKrupp. Le géant de l'acier va se séparer de 3.000 travailleurs pour adapter ses capacités de production à la baisse de la demande. Cette restructuration intervient après que ThyssenKrupp ait annoncé que le 2e trimestre de son exercice 2008/2009 allait être déficitaire.

Vincent Joye

Les marchés semblent vouloir terminer la semaine sur une note négative. Il est vrai que les propos de l'OCDE, qui table sur une décroissance de l'économie mondiale en 2009, n'ont pas rassuré les marchés. Ces propos viennent confirmer ceux du FMI. Les pertes restaient toutefois limitées à moins de 1%, sauf pour le CAC40, qui souffraient des replis assez nets de BNP Paribas et Axa.Au rayon des entreprises, en Belgique, Sioen chutaient de 5% en fin de matinée après avoir publié ses résultats pour l'exercice 2008. Le chiffre d'affaires annuel a chuté de 8% et le bénéfice d'exploitation de près de 50%. Pour cette année, le groupe s'est abstenu de toute prévision.En Allemagne, on soulignera surtout les licenciements annoncés ThyssenKrupp. Le géant de l'acier va se séparer de 3.000 travailleurs pour adapter ses capacités de production à la baisse de la demande. Cette restructuration intervient après que ThyssenKrupp ait annoncé que le 2e trimestre de son exercice 2008/2009 allait être déficitaire.Vincent Joye