Du côté des actions, Allied Irish était sanctionnée par les investisseurs ce lundi. Le marché craint que le budget proposé par le gouvernement irlandais ne soit pas voté et que les aides destinées aux banques passent à la trappe.

Le secteur automobile allemand, avec BMW et Daimler, était à la peine ce matin. Les ventes d'automobiles ont reculé de 20% ces derniers mois sur base annuelle. La fin de la prime à la casse pour les veilles automobiles serait à l'origine des nouveaux déboires du secteur en Allemagne.

Par ailleurs, sur la Bourse de Paris, l'action Altran perdait de la vitesse en ce début de semaine, après la publication de semestriels dans le rouge. Le premier groupe européen de conseil et d'ingénierie en innovation technologique a réalisé un chiffre d'affaires de 721,1 millions d'euros au 1er semestre 2009, en baisse de 13,2%.

A Bruxelles, le titre de la sicafi Cofinimmo était en nette progression dans la matinée. Le groupe a revendu une partie de ses créances à Fortis ce qui lui permet de sensiblement améliorer son ratio d'endettement.

Hors du Bel20, le groupe alimentaire Ter Beke était en forte hausse. Il a annoncé ce vendredi avoir clôturé le premier semestre 2009 sur un résultat net de 4,4 millions d'euros. Ce chiffre est bien au-dessus des attentes des analystes et il est en augmentation de 62% par rapport à la même période l'année dernière.

Au rang des actions en baisse dans le Bel 20, toutes les financières mordaient la poussière à la mi-séance. Dexia, KBC e Fortis Holding fermaient la marche du Bel 20.

Hors du Bel20, c'est la holding Puch Int qui inscrivait la plus forte baisse de la matinée sur Euronext Bruxelles.

La Bourse de New York a fini sans direction vendredi après huit séances de hausse de son indice vedette, tandis que les valeurs technologiques ont tiré leur épingle du jeu grâce à Intel: le Dow Jones a abandonné 0,38% mais le Nasdaq a gagné 0,05%.

Sur le marché des changes, Le yen s'appréciait rapidement lundi matin face au dollar et à l'euro, atteignant son plus haut face au dollar depuis 7 semaines, après le triomphe de l'opposition aux législatives au Japon, qui clôt deux ans de blocage institutionnel dans la deuxième économie mondiale.

Karine Huet