Du côté des actions, Telenor bondissait à Oslo. Le groupe va fusionner ses filiales avec les activités de groupe russe Altimo. A Paris, Bouygues se distinguait. Les analystes de Bank of America aient relevé leur recommandation sur le titre de sous-pondérer à acheter.

A Bruxelles, Delhaize progressait légèrement après que le distributeur ait indiqué qu'il avait déposé une offre pour le rechat des actifs de Bi-LO, un distributeur américain. Hors de l'indice, Zetes se distinguait sans nouvelle particulière toutefois.

En baisse, KBC fermait la marche au sein du Bel20. Le plongeon du jour revenait toutefois de nouveau à Deceuninck alors que l'offre de souscription des nouveaux titres se termine ce mercredi.

Aux Etats-Unis, la Bourse de New-York a clôturé en baisse vendredi affectée par des chiffres de l'emploi plus mauvais que prévu au mois de septembre. Cette après-midi, on surveillera tout particulièrement la publication de l'indice ISM des service, attendu à 50,0 , soit le niveau séparant la croissance de la contraction.

Sur le marché des changes, la monnaie européenne progressait par rapport au billet vert. Vers 12h, il fallait ainsi 1,4620 dollar américain pour un euro.

Cédric Boitte

Du côté des actions, Telenor bondissait à Oslo. Le groupe va fusionner ses filiales avec les activités de groupe russe Altimo. A Paris, Bouygues se distinguait. Les analystes de Bank of America aient relevé leur recommandation sur le titre de sous-pondérer à acheter. A Bruxelles, Delhaize progressait légèrement après que le distributeur ait indiqué qu'il avait déposé une offre pour le rechat des actifs de Bi-LO, un distributeur américain. Hors de l'indice, Zetes se distinguait sans nouvelle particulière toutefois. En baisse, KBC fermait la marche au sein du Bel20. Le plongeon du jour revenait toutefois de nouveau à Deceuninck alors que l'offre de souscription des nouveaux titres se termine ce mercredi. Aux Etats-Unis, la Bourse de New-York a clôturé en baisse vendredi affectée par des chiffres de l'emploi plus mauvais que prévu au mois de septembre. Cette après-midi, on surveillera tout particulièrement la publication de l'indice ISM des service, attendu à 50,0 , soit le niveau séparant la croissance de la contraction. Sur le marché des changes, la monnaie européenne progressait par rapport au billet vert. Vers 12h, il fallait ainsi 1,4620 dollar américain pour un euro. Cédric Boitte