Alors que les économistes attendaient en moyenne une petite baisse vers 105,5, l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne a progressé en août, pour atteindre 106,7 contre 106,2 en juillet.

Du côté des actions, BHP Billiton gagnait du terrain suite à la publication ce matin d'un résultat net doublé à 12,72 milliards de dollars au titre de son exercice 2009-2010 clos fin juin.

De même, Heineken prenait de la hauteur suite à des résultats jugés bons. Le brasseur néerlandais a dévoilé un résultat net semestriel en croissance de 42% à 695 millions d'euros pour son premier trimestre malgré une contraction des volumes en organique de 2,3%. .

A Bruxelles, en tête du Bel 20, Ageas était recherché après l'annonce d'un bénéfice net total du groupe de 455 millions d'euros, nettement au-dessus des 261 millions anticipés en moyenne par les analystes financiers.

Hors indice, Agfa-Gevaert était également à la fête après a clôturé un excellent deuxième trimestre avec un bénéfice net de 39 millions d'euros confirmant la reprise amorcée au premier trimestre.

Le groupe a fait état d'une hausse de 22% de ses encaissements sur les six premiers mois de l'année, une croissance qui atteint 59% en Asie.

La plus importante baisse de la matinée dans l'indice Bel 20 est à mettre à l'actif de AB Inbev.

Hors indice Devgen buvait la tasse.

 

L'entreprise biotechnologique va consommer 6 millions d'euros de cash en plus en 2010 qu'initialement prévu, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Du coup le groupe a dans la foulée réduit ses prévisions de chiffres pour 2010. Comme, en outre, les coûts de production de semence sont plus élevés que prévu, l'entreprise indique qu'elle aura besoin de 21 millions d'euros de cash cette année contre 15 millions d'euros un an avant.

Mardi soir, la Bourse de New York a enregistré une quatrième séance de baisse pour retomber à son niveau de début juillet, après la chute des ventes de logements anciens aux Etats-Unis: le Dow Jones a abandonné 1,32% et le Nasdaq 1,66%.

 

Sur le marché des changes, l'euro restait affaibli face au dollar mercredi, les investisseurs restant frileux sur les perspectives de reprise après les mauvais chiffres sur l'immobilier américain, mais se reprenait face au yen, aidé par les déclarations volontaristes du ministre des Finances japonais.