Les places boursières européennes poursuivaient sur leur élan de la veille à la mi-séance. Selon des rumeurs persistantes, Goldman Sachs, Morgan Stanley et JP Morgan Chase pourraient rembourser 45 milliards USD de fonds publics reçus, un signe de plsu pour les investisseurs qui le pire de la crise est passé.

Du côté des actions, Lloyds Banking et Royal Bank of Scotland étaient en forte hausse à Londres. Selon le Financial Times, le gouvernement britannique a indiqué avoir entamé des discussions avec différents investisseurs concernant une vente d'une partie de sa participation dans les banques partiellement nationalisées. Toujours à Londres, mais du côté des baisses, Marks & Spencer était sanctionné par les marchés après l'annonce d'une diminution de son dividende à la suite d'une chute de 38% de son résultat au cours de l'exercice écoulé.

A Bruxelles, Fortis et KBC se distinguaient au sein du Bel 20. Les valeurs financières sont dans l'ensemble plébiscitées à travers toute l'Europe. Hors de l'indice, Nyrstar poursuivait son rebond de la veille. Le titre profitait de la hausse des prix des matières premières.

En territoire négatif par contre, on retrouvait les valeurs défensives comme Colruyt. Telenet accusait également un léger recul. La CBFA a dévoilé que le patron du groupe avait exercé des options et revendu les titres Telenet ainsi reçus pour près de 1,5 million EUR au début du mois.

Aux Etats-Unis, la Bourse de New-York s'est envolée hier. Le Dow Jones a bondi de 2,85% et le Nasdaq 3,11%. Les futures présagent d'une nouvelle hausse à l'ouverture sur fond de rebond des valeurs financières.

Sur le marché des changes, le billet vert se repliait par rapport à la monnaie européenne. Vers 12h, il fallait ainsi 1,3650 dollar américain pour un euro. Le pétrole était par contre en hausse et repassait le cap des 60 dollars le baril à New-York.

Cédric Boitte