Du côté des actions, le secteur technologique était bien orienté en matinée. A Francfort, Infineon a annoncé l'émission de 337 millions de nouvelles actions au prix de 2,15 euros. Un important fonds d'investissement a dores et déjà indiqué qu'il achèterait jusqu'à 326 millions d'actions non souscrites.

Le secteur automobile français était par contre en berne. Le pdg de Renault a indiqué hier lors d'une interview radio que la supression de la prime gouvernementale à la „casse", retarderait la reprise du secteur.

A Bruxelles, les valeurs financières étaient à nouveau partagées. Fortis et Dexia évoluaient dans le vert, tandis que KBC inscrivait une des plus fortes pertes de la matinée.

Hors du Bel 20, c'est le producteur de lingerie Van de Velde qui sortait du lot. Le groupe a publié jeudi après la clôture des marchés des résultats meilleurs qu'attendus. Le chiffre d'affaires pour les six premiers mois de cette année ressort à 72,9 millions d'euros alors que le consensus tablait sur 72,5 millions d'euros.

Au rang des actions en baisse dans le Bel 20, KBC signait donc la plus importante perte de la séance boursière à la mi-journée, suivi de Umicore et UCB.

Credit suisse a révisé son objectif de cours à l'égard de UCB de 21 euros à 14,9 euros, jugeant le titre actuellement beaucoup trop cher par rapport à ses perspectives de résultats.

Hors du Bel 20, Global Graphics s'offrait la palme de la plus forte baisse, mais dans des volumes très réduit alors que la période estivale a commencé.

La Bourse de New York a fini in extremis en petite hausse jeudi, comme la veille, à l'issue d'une séance hésitante en réaction aux pertes, moins lourdes qu'attendu, du producteur d'aluminium Alcoa: le Dow Jones a gagné 0,06% et le Nasdaq 0,31%.

Sur le marché des changes, l'euro, qui s'était redressé jeudi face au dollar après plusieurs séances de baisse, a de nouveau reperdu du terrain vendredi en matinée sur un marché attentiste avant la publication cet après-midi d'indicateurs américains.

Karine Huet

Du côté des actions, le secteur technologique était bien orienté en matinée. A Francfort, Infineon a annoncé l'émission de 337 millions de nouvelles actions au prix de 2,15 euros. Un important fonds d'investissement a dores et déjà indiqué qu'il achèterait jusqu'à 326 millions d'actions non souscrites.Le secteur automobile français était par contre en berne. Le pdg de Renault a indiqué hier lors d'une interview radio que la supression de la prime gouvernementale à la „casse", retarderait la reprise du secteur.A Bruxelles, les valeurs financières étaient à nouveau partagées. Fortis et Dexia évoluaient dans le vert, tandis que KBC inscrivait une des plus fortes pertes de la matinée.Hors du Bel 20, c'est le producteur de lingerie Van de Velde qui sortait du lot. Le groupe a publié jeudi après la clôture des marchés des résultats meilleurs qu'attendus. Le chiffre d'affaires pour les six premiers mois de cette année ressort à 72,9 millions d'euros alors que le consensus tablait sur 72,5 millions d'euros. Au rang des actions en baisse dans le Bel 20, KBC signait donc la plus importante perte de la séance boursière à la mi-journée, suivi de Umicore et UCB.Credit suisse a révisé son objectif de cours à l'égard de UCB de 21 euros à 14,9 euros, jugeant le titre actuellement beaucoup trop cher par rapport à ses perspectives de résultats.Hors du Bel 20, Global Graphics s'offrait la palme de la plus forte baisse, mais dans des volumes très réduit alors que la période estivale a commencé.La Bourse de New York a fini in extremis en petite hausse jeudi, comme la veille, à l'issue d'une séance hésitante en réaction aux pertes, moins lourdes qu'attendu, du producteur d'aluminium Alcoa: le Dow Jones a gagné 0,06% et le Nasdaq 0,31%.Sur le marché des changes, l'euro, qui s'était redressé jeudi face au dollar après plusieurs séances de baisse, a de nouveau reperdu du terrain vendredi en matinée sur un marché attentiste avant la publication cet après-midi d'indicateurs américains. Karine Huet